jeudi 28 février 2013

Benoît XVI décrit l'emblème de Foi et Lumière


Le mercredi 27 février était le jour de la dernière audience générale du pape Benoît XVI. Les fidèles avaient envahi la Place Saint Pierre pour lui témoigner leur reconnaissance. Au cours de sa catéchèse, il a laissé parler son cœur et nous a donné un véritable testament spirituel ; et il a, à sa manière, rendu hommage à Foi et Lumière… en décrivant ainsi notre emblème :
Le Pape Benoît XVI dans les vents contraires
Le Seigneur fait partie du voyage de l'Église qui a eu des moments de joie et de lumière, mais aussi des moments difficiles. Je me sentais comme Saint Pierre et les Apôtres dans la barque sur la mer de Galilée ; le Seigneur nous a donné de nombreux jours de soleil et une brise légère, des jours où la pêche était abondante, mais il y a eu aussi des moments où les eaux étaient agitées et les vents contraires…et le Seigneur semblait dormir. Mais j'ai toujours su que la barque de l'Église n'est pas la mienne, pas la nôtre, mais la sienne. Et le Seigneur ne la laissera pas couler, c'est lui qui la conduit, sans doute à travers les hommes qu'il a choisis, comme il l'a voulu. C'était et c'est encore une certitude que rien ne peut ternir. Et c'est pourquoi, aujourd'hui, mon cœur est rempli de gratitude envers Dieu parce qu'il n’abandonne jamais son Église et qu’Il est pour moi consolation, lumière et amour.

Merci Saint Père, la barque de Foi et Lumière n’est pas la nôtre, et c’est bien le Seigneur qui la conduit !

mercredi 27 février 2013

Rencontres d'aumôniers


Le dimanche n’est pas un jour chômé pour les prêtres ; leur repos dominical, ils le vivent plutôt le lundi ! Ce lundi 11 février 2013, pourtant, il n’y eut pas de temps de repos pour une quarantaine d’entre eux, aumôniers de communauté Foi et Lumière de France. Quelques diacres étaient présents aussi, même si pour eux, le lundi est aussi un jour de travail…
Du dimanche soir jusqu’au lendemain après-midi, ils se sont retrouvés à Paris pour un temps d’échanges, de partage et de communion.
Le dimanche, ils ont été accueillis (par vidéo interposée) par notre aumônier international, le Père Isaac ; Marie-Hélène Mathieu est venue ensuite leur parler de la mission de l’aumônier au sein des communautés où ils sont présents.
Le lundi, nous avons eu une conférence du Frère François-Marie Humann, aumônier national de Foi et Lumière France sur le chemin spirituel que le ministère d’aumônier de communauté permet de vivre. Nous avons ensuite partagé en petits groupes et j’ai été très touché d’entendre les témoignages des aumôniers de mon groupe ; je n’ai pas l’habitude d’entendre très souvent le point de vue des aumôniers sur la vie des communautés, et ce fut très instructif de les écouter. Les échanges et les partages d’expériences furent très riches !
Mgr Jacques Benoit-Gonnin
Ensuite, nous avons accueilli Monseigneur Jacques Benoit-Gonnin, évêque référence de Foi et Lumière en France. Il a présidé l’Eucharistie qui terminait cette matinée, Eucharistie très particulière… car les célébrants étaient bien plus nombreux que les fidèles !!
A la fin de la messe, il y eut une grande émotion… car les premières annonces de la renonciation de Benoit XVI commençaient à se répandre ! Ce fut une énorme surprise, à laquelle personne ne s’attendait, et le déjeuner a été très largement animé par nos réactions à cette nouvelle…
Monseigneur Benoit-Gonnin nous a ensuite donné un temps de parole sur l’importance pour l’Église d’accueillir les personnes handicapées et leur famille et j’ai clôturé la journée par des nouvelles de Foi et Lumière dans le monde : j’ai été inspiré par la date du 11 février, fête de Notre-Dame de Lourdes et ma conférence est donc partie de Lourdes pour rejoindre toutes les provinces du monde.
Je remercie beaucoup toute l’équipe qui a préparé cette belle rencontre : Agathe Desfossés, Ludovic de la Quintinie, Sophie Alexis, François Bal et Chantal Hablot ! Cette rencontre est un événement très important et qu’il faut renouveler le plus souvent possible !
Je suis heureux de voir que d’autres réunions du même type ont eu ou vont avoir lieu.
En Belgique, le 23 février, des aumôniers se sont retrouvés à Ath pour parler du rôle de l'aumônier, des liens avec les paroisses, de la spiritualité de Foi et Lumière et de la question du vieillissement des communautés. Le compte rendu que j’ai eu m’a montré un petit aperçu de la richesse des échanges !
En Pologne, en septembre prochain, des aumôniers polonais et ukrainiens vont se rencontrer à Czestochowa avec le Père Isaac pour un temps de rencontre et de retraite.
Je souhaite vivement qu’il y en ait beaucoup d’autres !

mardi 19 février 2013

Le cousin germain du Cardinal Joseph Ratzinger à l'origine d'une très belle méditation

Le jeune Joseph Ratzinger se souvient de son cousin germain

« Une de mes tantes, à qui nous rendions visite fréquemment, était la maman d’un enfant robuste, plus jeune que moi de quelques années, chez qui se manifestaient, progressivement, les symptômes typiques du syndrome de Down. Dans la simplicité de son intelligence “embuée” il suscitait une grande sympathie, et sa mère qui avait perdu une petite fille, prématurément, lui était très affectionnée ». Ces mots du Cardinal Joseph Ratzinger, qui datent de 1996, sont exceptionnels : il n’a en effet que très rarement parlé de son cousin trisomique, assassiné par les nazis. Ce jour là, c’était à l’occasion d’une conférence internationale organisée par le Conseil pontifical pour la pastorale des Services de la Santé et le titre de la conférence était : “La grandeur de l’être humain c’est sa ressemblance avec Dieu”.
Ce texte est magnifique et je vous invite à le lire et à le méditer dans son intégralité ; vous y verrez de très belles phrases,  non seulement sur ses souvenirs personnels, très touchants, par lesquels il commence, mais aussi des réflexions très profondes sur la manière dont toute personne, et en particularité les plus petits et les plus souffrants, reflète l’image même de Dieu. En voici un florilège, qui ne donne qu’un petit aperçu de cette conférence qui devrait être un texte référence pour notre mouvement !
« C’est ainsi que la lumière de Dieu repose sur les personnes souffrantes, dans lesquelles la splendeur de la création s’est extérieurement obscurcie ; elles sont d’une manière très particulière semblables au Christ crucifié, à l’icône de l’amour, elles présentent certains points communs, avec celui qui, seul, est “l’image même de Dieu”. »
« Nous aimons en tous les humains, mais surtout chez les êtres souffrants, chez les handicapés mentaux, ce qu’ils seront et ce qu’ils sont déjà en réalité, dès maintenant. Dès maintenant, ils sont fils de Dieu – à l’image du Christ, même si ce qu’ils deviendront n’a pas encore été manifesté. »
« Qu’il me soit permis ici de témoigner de l’amour de l’Église envers les personnes atteintes de souffrances mentales. Oui, l’Église vous aime. Elle n’éprouve à votre égard que la seule “prédilection” naturelle d’une mère pour ses fils les plus souffrants. Elle n’est pas simplement dans l’admiration de ce que vous serez un jour, mais de ce que vous êtes déjà. »

mardi 12 février 2013

Merci Saint Père !


Très Saint Père,

Au nom des 1500 communautés Foi et Lumière du monde entier, je rends grâce pour votre pontificat et je salue la décision que vous avez prise avec courage de ne plus exercer votre ministère. Nous savons combien la fragilité des corps et des esprits, quand elle est vécue dans la prière, peut être source de grâce, de paix et de joie.

Je vous remercie pour le message très chaleureux que vous nous avez adressé à l’occasion de la célébration des 40 ans de Foi et Lumière : «  Nombreuses sont les communautés Foi et Lumière qui ont grandi à travers le monde. Puissent-elle redire au cœur de chaque personne handicapée la parole du Pape Paul VI :"Tu es aimé de Dieu tel que tu es" et l'aider ainsi à poursuivre son pèlerinage de la vie dans la paix et la joie intérieures, entourée de frères et de sœurs, heureux de partager avec elle l'amour que Dieu porte de façon privilégiée aux plus petits et aux plus faibles ! Que la célébration de cet anniversaire soit un joyeux message d'espérance pour les personnes handicapées, pour leurs familles et leurs amis ! »
Ce fut pour toutes les communautés qui, à travers le monde, ont fêté cet anniversaire, un encouragement très précieux.

J’ai été heureux de pouvoir vous saluer le 26 octobre 2011 : j’ai pu constater, quand je me suis présenté à vous, que le nom de Foi et Lumière a fait apparaître sur votre visage un large sourire. Ce fut pour moi la confirmation que notre mission auprès des plus fragiles d’entre nous avait une place privilégiée dans votre cœur et dans vos prières. Le lendemain, à Assise, pour la célébration du 25ème anniversaire de la rencontre organisée par le Bienheureux Jean-Paul II, une petite délégation de Foi et Lumière a vécu ce grand événement. L’invitation que nous avions reçue a eu pour moi un sens très fort ! Dans nos communautés, nous sommes les témoins de ce que toute personne handicapée est source d’amour dès lors qu’elle est acceptée comme une personne à part entière, est source de joie dès lors qu’on lui donne la place à laquelle elle peut légitimement prétendre, est source de paix dès lors qu’on lui reconnaît sa capacité à construire des relations d’amitié. A contrario, c’est le rejet des personnes ayant un handicap qui est source de tension et de conflit, c’est le refus de rencontrer les personnes ayant un handicap qui nous prive des grâces qu’elles seules peuvent nous procurer, c’est l’élimination des personnes ayant un handicap qui nous fait tomber dans les "structures de péché" !

Quand une de nos communautés est trop fatiguée pour pouvoir continuer à se réunir régulièrement, nous l’invitons à rendre grâce pour cette nouvelle étape de sa vie de communauté. L’amitié entre les membres est encouragée à se poursuivre, tout spécialement dans la prière.
Très Saint Père, c’est ce que vous avez choisi de faire vous aussi. La prière des personnes les plus fragiles est accueillie de manière toute particulière dans le cœur de Dieu, nous en sommes les témoins privilégiés à Foi et Lumière ! Je le sais personnellement, grâce à ma fille Julie, trisomique. Alors, je suis certain que vos prières pour l’Église et pour le monde nous donneront force, courage et audace pour que la nouvelle Évangélisation que vous avez appelée de vos vœux soit une réalité vivante. Je sais que Foi et Lumière aura sa place dans vos prières ; soyez assuré que les communautés Foi et Lumière prieront pour vous et continueront à porter au monde le message de cette joie que nous vivons dans nos communautés, cette joie reçue en cadeau quand nous mettons en commun nos difficultés et nos souffrances.
"Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour." (Ps 32, 18)
Implorant votre bénédiction apostolique, j’ai l’honneur d’être, Très Saint Père, avec le plus profond respect de Votre Sainteté, le très humble et obéissant fils et serviteur.
 
Ghislain du Chéné,
coordinateur international

vendredi 8 février 2013

Rencontre des mouvements ecclésiaux nouveaux et communautés nouvelles

Le jour de la fête de la Pentecôte 1998, le pape Jean-Paul II avait invité tous les mouvements ecclésiaux nouveaux et les communautés nouvelles à un grand rassemblement sur la Place Saint Pierre. Ils étaient plus de 300000 à avoir répondu à cette invitation ! Jean Vanier et Marie-Hélène Mathieu étaient là bien sur. Dans son homélie, le Bienheureux Jean-Paul II avait rappelé avec force le besoin d’évangélisation et ses paroles sont toujours très actuelles : « Dans notre monde, où règne la plupart du temps une culture sécularisée qui encourage et propage des modèles de vie sans Dieu, la foi est mise à dure épreuve et bien souvent elle est suffoquée et éteinte. On comprend donc toute l’urgence et la nécessité d’une proclamation convaincue de l’Évangile et d’une formation chrétienne approfondie.
Comme on a besoin aujourd’hui de chrétiens mûrs, conscients de leur identité de baptisés, de leur vocation et de leur mission dans l’Église et dans le monde! Comme on a besoin de communautés chrétiennes vivantes ! Et voilà les mouvements et les nouvelles communautés ecclésiales: ils sont une réponse, suscitée par l’Esprit Saint, à ce défi dramatique de fin de siècle. »

Convaincu par ces paroles, Jean Vanier a tenu à ce que cet événement ne reste pas qu’un feu de paille et il a invité tous les mouvements et communautés nouvelles de France à se retrouver chaque année pour un temps de communion, de partage et de prière. Depuis quelques années, j’assiste à ces rencontres et je puis témoigner que ça fait du bien. Ca ne dure que quelques heures, d’un déjeuner jusqu’au déjeuner du lendemain, mais il y a le temps d’une vraie rencontre, des moments d’échanges et de partage, mais aussi des temps où on prend le temps de l’amitié, de découvrir et surtout de s’émerveiller de ce que chacun fait pour entretenir la fidélité au charisme reçu.

Cette année, le thème portait sur l’évangélisation : comment la pratiquons-nous ? comment vivons-nous notre présence au monde ? Nous nous sommes retrouvés au sud de Paris dans une maison des Focolari, à Bruyères-le-Châtel ; nous étions une trentaine, réunis autour de Gérard Testard qui a remplacé Jean depuis quelques années et de notre évêque accompagnateur, Monseigneur Michel Pansard, Président du Conseil pour les mouvements et associations de fidèles. Il y avait une vingtaine de mouvements ou communautés représentés, dont Le Chemin Neuf, les Foyers de charité, l’Arche, le Chemin néo-catéchuménal, Sant Egidio, les Parcours Alpha, Fondacio, l’Emmanuel, les Focolari…
J’avais été invité - avec deux autres – à un temps de parole un peu plus long (15 minutes) pour dire comment Foi et Lumière s’inscrivait dans ce thème : j’ai insisté sur le fait qu’avant d’évangéliser, il nous fallait d’abord nous laisser évangéliser par les plus petits de nos communautés, et qu’ensemble nous pouvions alors être messagers de le joie que nous vivons dans nos rencontres.

Nous nous retrouverons tous avec joie l’année prochaine : ce sera la communauté de l’Emmanuel qui nous accueillera à Paris.

lundi 4 février 2013

La fête de la Lumière, de Saint-Denis à Ras Baalbeck !

La Basilique Saint-Denis

Le 2 février, comme beaucoup d’autres à travers le monde, les communautés de la province Paris et le Levant se sont rassemblées dans la Basilique Saint-Denis pour célébrer la fête de la Lumière, la fête de Foi et Lumière. Nous étions plusieurs centaines dans cette très belle basilique, plus ancienne que Notre-Dame de Paris : elle fut la première église à être construite dans le style gothique et elle a servi de modèle pour beaucoup d’autres.
Nous avons été accueillis par Michel Tabbagh, coordinateur de la province, qui m’a ensuite invité à dire quelques mots. J’ai rappelé le souvenir que j'avais du 2 février 2011 : nous étions alors à Lourdes avec les coordinateurs de toutes les provinces, et nous avions allumé un grand feu, en espérant qu'il se répandrait jusqu’au bout de la terre, à travers les pèlerinages qui allaient avoir lieu dans toutes les provinces. Deux ans après, ces pèlerinages sont maintenant finis, et les messagers de la joie ont semé la Bonne Nouvelle de Foi et Lumière aux quatre coins du monde (Julie a cité les cinq pèlerinages auxquels elle a participé) ; il faut aller maintenant récolter les fruits de ces pèlerinages qui seront certainement très nombreux !
La procession d'entrée
La Présentation de Jésus au Temple mimé  par des membres de la Barque de Cataglou
La messe a démarré avec une très belle procession : chaque communauté était représentée par sa bannière et chaque responsable portait un cierge ; tous les cierges ont été allumés au cierge pascal et bénis par le Père Albert Gambart, aumônier provincial. Puis la messe s’est déroulée avec beaucoup d’animations : des chants et des prières gestués, l’Évangile très bien mimé car la communauté La Barque de Cataglou, de Noisy-le-Sec… A la fin de la messe, Marie-Hélène Mathieu nous a dit les trois mots qui étaient dans son cœur pendant toute la messe : « Viens, demeure, va ! » Ce sont les mots avec lesquels Jésus nous invite : Il nous appelle, Il nous propose de rester avec Lui dans une grande communion, puis Il nous envoie en mission. Nous nous sommes tous sentis envoyés ! Avant de repartir, chacun a pu partager dans le fond de la Basilique, échanger avec les amis de la province, se restaurer avant d’affronter le froid… mais il faisait aussi très froid à l’intérieur !



Vierge à l'enfant

Il y avait ce jour là bien d’autres fêtes de la Lumière dans le monde ; j’ai reçu des photos de plusieurs d’entre elles. Mais, en rentrant de Saint-Denis, j’ai trouvé un message qui me disait que, ce même jour, le 2 février, avait vu la renaissance d’une communauté qui n’existait plus depuis longtemps : la communauté de Ras Baalbeck (Liban) a redémarré après le pèlerinage de la province ILA Trinity qui avait eu lieu dans ce village fin août 2012. Carla, coordinatrice de la province me raconte : "ils ont célébré tous ensemble la fête de Foi et Lumière en assistant à la messe et en faisant une collation ensemble, ceci nous réjouit le cœur, nous touchons du doigt les fruits de notre pèlerinage ! Merci, Seigneur pour ces merveilles" ! Quand je disais que les pèlerinages allaient porter de beaux fruits, en voici déjà un !