vendredi 24 décembre 2010

Noël dans un monde troublé - le SOUDAN

Le 9 janvier 2011, un référendum est organisé au Soudan : les Soudanais habitant le sud du pays vont avoir à choisir entre l’unité et la séparation du reste du pays.

Les communautés Foi et Lumière, dont la plupart des membres sont originaires du sud et sont aujourd’hui en train de se préparer à partir de Khartoum, ont voulu célébrer la fête de Noël le 17 décembre. L’esprit de cette fête me paraît très proche du véritable esprit de Noël et je vous invite à prier pour toutes ces familles qui sont en train de se poser des questions sur leur avenir ; rien n’est prévu pour les accueillir s’ils décident de partir, et ils risquent d’être très isolés dans le pays où ils ont toujours vécu s’ils décident de rester…

Le récit de cette fête m’a été envoyé par le Père Hans Putman, aumônier national, qui va lui aussi quitter le Soudan, mais pour une autre raison : il va prendre sa retraite… pour prêcher des retraites ! Merci, Père Hans pour tout ce que tu as fait pour Foi et Lumière au Soudan !


Introduction:

Comme Marie et Joseph ont dû se mettre en route pour le référendum demandé par César Auguste, - quittant la sécurité de Nazareth où tout avait été préparé pour bien accueillir l´enfant, - ainsi des milliers de soudanais sont sur le chemin du retour vers le sud, à cause du référendum qui aura lieu le 9 Janvier 2011 et où les Soudanais du Sud doivent se décider entre unité et séparation.

Nous avions hésité un moment sur la possibilité de faire notre célébration traditionnelle de Noël pour nos « frères » et « sœurs » handicapés, venant de huit paroisses de Khartoum. On disait : « Beaucoup sont partis ; d´autres se préparent à partir. L´ambiance y n’est pas ! ». Mais en solidarité avec Marie et Joseph, forcés de se mettre en route, nous aussi avons maintenu l´idée d´être en pèlerinage, pour les 40ième anniversaire de « Foi et Lumière ». Nous avons voulu suivre aussi les conseils donnés par nos Evêques dans leur « Message d´espérance et de guérison », dans lequel ils disent : « Tous ceux de bonne volonté sont appelés à respecter le choix des peuples du Sud… et de travailler pour un avenir juste et paisible ».

Récit de la Fête :

C´est l´emplacement de la Cathédrale St. Matthieu qui a vu arriver cette foule joyeuse de nos « trésors » (comme un des curés a voulu appeler les handicapés de Foi et Lumière). On voyait que même les chauffeurs des bus étaient heureux d´avoir pu transporter ces trésors.

A l´accueil chacun des frères et sœurs reçoit un chapeau rouge de Père Noël et tous s´habillent d´un foulard rouge. Foule en fête et comblée de la couleur de l´amour. Tous sont invités, - après le thé au lait et des biscuits, - de venir coller une image dans le grand cœur de Jésus, images symbolisant notre monde avec sa violence et son amour, sa recherche de pouvoir et son humble service, ceux qui naissent et ceux qui meurent, noirs et blancs.

Puis démarre le jeu scénique de l´annonce aux bergers, telle qu´elle est présentée dans le carnet de route « Tous Pèlerins ». Tous les joueurs sont les frères et sœurs, mais le commentaire est donné par une voix « off ». L´Empereur Auguste même y apparaît dans toute sa gloire, avec le Gouverneur de la Syrie Quirinius, et Marie et Joseph, qui se mettent en pèlerinage vers Bethlehem.

Les bergers, tristes et rejetés, deviennent les premiers invités ; les Anges (un grand et deux petits en habits éclatant de lumière) ont des ailes de mousse ; la joie de Marie et de Joseph à l´arrivée des bergers ; l´émerveillement du petit Rudolf, notre Jésus trisomique, à la vue des cadeaux.

En finale, voilà que les bergers partent au milieu de la foule comme « messagers de joie », annonçant cette extraordinaire nouvelle d´un Dieu Emmanuel, un Dieu avec son peuple en route et en déroute.


Tout cela aboutit à la messe, dans la cathédrale. César Auguste se trouve à coté de St. Joseph et l´Ange à coté des bergers, tous autour de l’autel. Dans mon homélie, je mets l´accent sur le fait que l´enfant est la seule force qui peut nous désarmer. Au moment de la prière des fidèles, frères et sœurs se précipitent. Les demandes de nos « trésors » se centrent sur la paix au Soudan et le retour sain et sauf de tant de « pèlerins » en route. « Assez de violence et de sang versé » dit l´un d´eux, «viens, Prince de la Paix ! ».

Au moment du repas qui suit la messe, le Nonce Apostolique, Mgr. Léo Boccardi nous fait une visite surprise. Il fait le tour de toutes les familles et nous apporte une « Panetone » monstre qui suffit pour que tous aient un morceau. Dans son mot, il dit qu´il a découvert sa place comme l´âne de la Sainte Famille. Il nous donne la bénédiction spéciale du Saint Père et nous quitte.

Nous poursuivons notre programme de fête avec une représentation de marionnettes et la distribution des cadeaux pour chaque frère et sœur, apportés par une école dont les enfants ont bien voulu contribuer à notre joie, en apportant leurs jouets ou habits, pour la joie des plus démunis des enfants de Dieu.

C´était un temps de joie sans souci, un oasis de paix au milieu d´une société en plein désarroi. Avec l´aide de nos frères et sœurs handicapés, le monde angoissé et dérouté a senti que notre Dieu marche avec son peuple : Emmanuel.

Bonne et heureuse fête de Noel à tous nos frères et sœurs dans le monde ! Priez pour nous et la paix au Soudan.

mercredi 22 décembre 2010

Les premiers messagers de la joie

En cette fin d’année 2010, les premiers pèlerinages se préparent, les communautés se mobilisent pour faire connaître autour d’elles ce que nous allons vivre à l’occasion de l’anniversaire de Foi et Lumière. Je sens l’enthousiasme et la joie que chacun met dans toutes ces activités.

Je voudrais vous donner deux exemples qui, je l’espère vont donner des idées à ceux qui en manqueraient, mais je pense qu’ils sont très peu nombreux !!

Les communautés des provinces d'Égypte Nord et Sud m’avaient demandé il y a quelques mois de pouvoir compléter leur budget de pèlerinage par de la solidarité. Le pèlerinage qu’ils organisent sera le premier de tous les pèlerinages puisqu’il a lieu début février à Deir Dronka, près d’Assiout : c’est là que, selon la tradition, la Sainte Famille est venue se réfugier. J’avais répondu à l’époque qu’il fallait vraiment faire le maximum d’efforts localement pour obtenir des financements avant de se tourner vers Foi et Lumière International. C’est ce qu’ils ont fait et j’ai été très heureux et ému en lisant hier le message suivant : "Je pense que nous n’aurons pas besoin de solidarité de Foi et Lumière International ; jusqu’à présent, nous avons reçu plus de la moitié de ce dont nous avions besoin. Mais le plus important, c’est que cela nous a donné l’occasion de nous faire connaître à beaucoup de gens en Égypte : évêques, prêtres, moines, religieuses, donateurs, organisations… et nous sommes maintenant mieux connus. Nous avons trouvé beaucoup de personnes désireuses de nous aider de différentes manières."

Une communauté que je connais bien… "Graines de Moutarde" a organisé une vente de Noël sur le parvis de l’église de Ville d’Avray samedi dernier. On y trouvait confitures, couronnes de bonbons, chocolats, cartes de vœux, décorations de Noël, livres… Mais la météo n’était pas très clémente ce jour là car il s’est mis à neiger au début de l’après-midi ! Mais la communauté était là, sauf ceux qui n’ont pas pu venir : les routes étant devenues très glissantes, certains avaient du faire demi-tour. Heureusement, le vin chaud était prévu ! et notre aumônier, diacre permanent dans notre paroisse a fait une belle annonce à la fin de la messe et beaucoup se sont pressés devant notre stand. Ce fut ensuite le temps de fêter Noël tous ensemble !

Je ne peux que vous encourager à devenir des messagers de la joie pour annoncer ce qui se vit dans nos communautés !

En ce temps de Noël, laissons-nous porter par ce beau chant : la nuit de Noël se remplit de lumière et de joie !

"Merveille que les anges
Dans la nuit ont annoncé !
Le cœur en fête, partons voir l'enfant
Qui nous est né.
Le ciel aux alentours rayonne de clarté.
Ô nuit de lumière et de joie, Jésus est né !
Ô nuit de lumière et de joie ! "

samedi 11 décembre 2010

Le bonheur d'être choisi




Malgré la météo, la conférence de l'OCH a pu se dérouler ! Mais beaucoup n'ont pas pu venir Alors, pour vous faire patienter en attendant CD et DVD, voici quelques-unes des idées que j'avais en tête en préparant mon intervention.



En cette fin d’année 2010, à la veille de fêter partout dans le monde le 40ème anniversaire de Foi et Lumière, réjouissons-nous et soyons dans la joie !

D’abord, nous allons fêter Noël et la naissance de Jésus, Dieu fait homme ! Réjouissons-nous du bonheur de Marie qui a été choisie pour être la mère du Christ, car son "oui" nous a tous mis sur le chemin du salut !

En 2011, 40 ans après la fondation de notre mouvement, réjouissons-nous d’avoir été appelés à suivre Jésus dans une communauté Foi et Lumière, partageons ce bonheur, cette joie que nous y avons trouvée. Que le oui que nous invite à dire la prière de Foi et Lumière, soit un oui spontané, enthousiaste, communicatif, attirant, un oui d’adhésion, un oui qui nous entraîne à devenir messagers de cette joie qui caractérise la vie des communautés, cette joie qui fait partie de notre identité !

Alors, cette joie, cette béatitude dont nous allons témoigner, c’est celle d’avoir été choisis dans notre pauvreté, dans notre folie, dans notre détresse, dans notre misère, pour être amis entre nous, mais aussi pour devenir des amis de Jésus. Ce sont les petits, les faibles, les fous qu’il a choisis pour confondre les grands, les forts et les sages.

Bienheureux êtes-vous, les pauvres en esprit, car c’est vous que Dieu a choisis pour posséder son Royaume !

Il ne faut pas dire que nous sommes bienheureux parce que nous sommes handicapés, parce que nous sommes les parents d’une personne ayant un handicap mental, ça serait un contresens ; je ne dirai jamais à une personne ayant un handicap mental : « tu dois être heureux d’être handicapé, rendons grâce à Dieu ! », non jamais ! Le handicap doit rester ce qu’il est : un scandale, une cause de colère, de détresse, de larmes.

Mais, c’est dans nos pauvretés que Jésus nous attend, pour nous réconforter ! Si nous savons être suffisamment humbles pour reconnaître nos blessures et ne pas les cacher, les refouler, alors nos appels à l’aide seront entendus et il y sera répondu. Jésus ne répondra peut-être pas directement, mais il le fera par l’intermédiaire de ses anges qui prennent parfois figure humaine !

Si l’ange Gabriel a rendu visite à Marie, c’est parce qu’elle avait certainement beaucoup prié et appelé, et Dieu est venu se pencher sur son humble servante !

Nous avons tous dans nos vies des rencontres avec des personnes qui sont venus nous apporter soutien et réconfort ; quand Gérard et Camille sont revenus de Lourdes avec beaucoup de peine et de souffrance de ne pas avoir été acceptés, comment croyez-vous que se soient trouvés sur leur route Jean Vanier et Marie-Hélène Mathieu ?

Alors, oui, soyons heureux d’avoir été choisis pour porter au monde le message de joie de Foi et Lumière !

jeudi 9 décembre 2010

Les tribulations d’un conférencier OCH


Il y a quelques mois, Philippe de Lachapelle m’a proposé de donner une conférence dans le cadre des conférences-rencontres de l’OCH. C’était en lien avec le prochain anniversaire des communautés Foi et Lumière, et ça devait permettre de lancer des invitations à participer aux pèlerinages organisés par les provinces à partir de février 2011. Je me suis senti très honoré, mais ça m’a fait un peu peur quand on connaît la qualité des conférences de l’OCH ! Et puis, ça devait se passer le 8 décembre : là, toutes mes résistances se sont envolées, car parler le jour d’une si grande et importante fête, une fête qui a tant de liens avec Foi et Lumière que j’ai accepté (l’Immaculée Conception, c’est le nom que s’est donnée la belle dame de Lourdes à Bernadette qui voulait savoir comment elle s’appelait ; et puis Lourdes, c’est là que Foi et Lumière a démarré en 1971).

Il y a un paramètre que nous ne pouvions pas maîtriser à l’époque, c’était la météo qui est parfois capricieuse et taquine ! Nous ne pouvions savoir qu’un épais manteau de couleur blanc immaculé allait recouvrir toute l’Ile de France, semant la pagaille sur les routes et dans les transports ! J’ai abandonné ma voiture sur mon lieu de travail et j’ai rejoint l’OCH où les préparatifs de la conférence se déroulaient comme si de rien n’était ! La sérénité de tous était rassurante et mes (presque) larmes de rage se sont dissipées. La traditionnelle prière qui précède le départ vers le lieu de conférence a été très fervente

Il me restait une grande inquiétude : Isabelle et Julie allaient-elles pouvoir venir ? Les coups de fil ne me rassuraient pas du tout, il y avait déjà 10 centimètres de neige dans notre résidence à Ville d’Avray, aucune voiture ne pouvait en sortir, le centre de Julie proposait de la garder pour la nuit, car là aussi, c’était devenu inaccessible ! Heureusement, il y a de bons anges ! et des anges qui roulent en 4x4 ! Julie a été ramenée jusqu’à Ville d’Avray et avec Isabelle, elles ont réussi à rejoindre la gare à pied, en marchant sur la chaussée car les trottoirs étaient impraticables et pleins de voitures abandonnées… de là, elles ont rejoint Paris, puis le lieu de la conférence en métro, serrées comme des sardines. J’en ai été très heureux car leur présence me paraissait indispensable pour tout ce que j'avais à dire ! Et puis Julie devait parler au début de la conférence, et ce témoignage aurait manqué !

Mais les tribulations ont continué, car après la conférence, il fallait rentrer et les nouvelles des trains n’étaient pas rassurantes ; de plus, je n’étais pas sur de pouvoir récupérer ma voiture à une heure aussi tardive… Heureusement, de bons amis, habitant tout près, nous ont gentiment proposé de nous loger… Et le lendemain matin, nous avons rejoint Ville d’Avray, devenue une petite station de sports d’hiver, recouverte de neige. Et le beau temps était revenu ! Le spectacle était vraiment superbe ! Mais que d’aventures pour cette conférence !

Pendant la messe qui précédait, je me suis rappelé ce que je devais dire pendant la conférence : "Le bonheur d’être choisi, c’est savoir que, quelle que soit la profondeur de ma détresse, c’est là que Dieu a choisi de se tenir pour m’apporter grâce, soutien et réconfort". Alors, je me suis dit qu’il fallait commencer à m’appliquer à moi-même ce que j’allais dire aux autres ! Et tout s’est très bien passé ! Et même s’il y a eu moins de participants qu’espéré, il y aura certainement d’autres voies que Dieu utilisera pour transmettre le message que je voulais faire passer !

jeudi 2 décembre 2010

…. et se ressemblent

Une semaine après Ciney, une sixième session de formation se mettait en place, près d’Alexandrie (Egypte). Le dépaysement était bien plus important, car les participants étaient égyptiens, soudanais, syriens, libanais, rwandais, burundais, zimbabwéens, sud-africains et venaient de sept provinces.

Les participants sont arrivés par Le Caire ou directement à Alexandrie. Comme il y a un peu plus de trois heures en car pour rejoindre le lieu où se passait la formation, ceux qui ont transité par Le Caire ont été hébergés dans un grand centre (orphelinat et foyer pour personnes ayant un handicap mental) tenu par l’Église copte catholique. J’ai été accueilli à l’aéroport par Ashraf, trésorier de la province Egypte Nord, qui m’a emmené jusqu’à ce centre où j’ai passé la nuit. Le réveil fut très matinal car c’était la fête de l’Aïd et la grande mosquée voisine avait attiré beaucoup de fidèles. Mais de toute manière, il fallait partir tôt avec les délégués de Syrie, du Soudan et du Burundi pour rejoindre Alexandrie. J’ai pu avoir un petit aperçu de cette mégalopole qu’est Le Caire : une urbanisation très importante, un système d’enlèvement des ordures très rudimentaire qui m’a fait me rappeler l’action de Sœur Emmanuelle, la traversée du Nil, et…. dans le lointain, cachées dans la brume et la pollution, les trois grandes pyramides !! La route passe à la limite entre le delta du Nil et le désert, c’est très plat, très vert avec beaucoup de palmiers, et la densité de population est très importante.

La session de formation se passait dans un très beau centre des Jésuites et les conditions d’hébergement (chambres, nourriture, salles de travail, chapelle, chapelle de verdure…) étaient excellentes.

Nous avons pu aller un après-midi à Alexandrie, voir la très belle bibliothèque, le port et le lieu où s’élevait autrefois le fameux phare.

Les participants ont été très assidus et ont montré beaucoup de joie et d’enthousiasme ! Les soirées ont été très animées avec des danses, des chants et des jeux.

La présence de Roy Moussalli a été très appréciée et ses interventions excellentes. Il a abordé le thème de l’œcuménisme, qui est très prégnant dans cette partie du monde, avec ses difficultés mais aussi ses richesses. Nous avons eu pendant la session, grâce à la présence de 6 aumôniers, une messe syriaque orthodoxe et des messes catholiques dont une de rite copte.

Si je ne devais retenir qu’une seule image de cette session, c’est celle de la messe d’envoi pendant laquelle l’évangile a été lu en arabe, sur la gauche de l’autel et en anglais sur la droite de l’autel. J’ai vu les deux fois les mots partir de l’autel pour rejoindre l’assemblée ! Quelle que soit les cultures, les écritures, c’est de l’autel que Jésus envoyait chacun, plus riche de tout ce qui s’était vécu dans la formation, porter le message de joie vers sa communauté, tels les pèlerins d’Emmaüs partis en hâte rejoindre leur communauté après la fraction du pain.

Merci à tous, ce fut une très bonne semaine, j’ai découvert beaucoup de nouveaux amis ; à bientôt !

Toutes les photos


mardi 30 novembre 2010

Les sessions de formation se suivent…


Après Hong-Kong, Sao Paulo, Zembrzyce et Lima, une cinquième session de formation internationale a eu lieu à Ciney (Belgique) début novembre. Plus de 60 participants (représentant 19 provinces), venus de Belgique, de France, des Pays Bas, du Luxembourg, d’Autriche, de Slovénie, d’Italie, de Suisse, du Canada, mais aussi de Lubumbashi (RDC), de Madagascar, des Seychelles et de Maurice ont été très assidus, attentifs et studieux pendant plus de quatre jours.

Je n’ai pu venir que pour les deux derniers jours, mais j’ai vite compris, par l’ambiance, la cohésion du groupe, que tous appréciaient ces journées, que tous adhéraient à l’esprit de ce qui leur était proposé, que tous, imprégnés du souvenir des séances de travail allaient repartir pleins d’énergie vers leur province et leur communauté.

Les enseignements, les ateliers, les chants, les temps de prière se sont succédé avec beaucoup de fluidité. J’ai été touché par le témoignage de Viviane le Polain, venue dire tout ce qu’elle a vécu à Foi et Lumière, de beau, mais aussi de difficile pendant toutes les années où elle a exercé des responsabilités. J’ai aimé la veillée de prière avec toutes les lumières apportées par chacun, l’unité qui nous rassemblait était palpable. J’ai aimé marcher dans les couloirs à la suite des pèlerins d’Emmaüs. J’ai vu et apprécié le travail des nombreuses "petites mains" qui s’affairaient dans les coulisses pour que chacun ait tout ce qui lui fallait pour être bien, pour suivre et profiter au mieux de la formation.

J’ai pu prendre du temps avec les uns et les autres, parler de la préparation de plusieurs pèlerinages, et ce fut bon de voir combien l’élan des provinces était fort. L’envie de rassembler le maximum de monde à l’occasion de l’anniversaire de Foi et Lumière m’a beaucoup touché.

Je suis très reconnaissant à tous ceux qui sont venus parfois de très loin pour assister à cette formation, à tous ceux qui ont préparé et organisé ce grand projet, à l’équipe qui en a préparé le contenu. Mais cette session ne fut pas la dernière… une autre est encore à venir !

mardi 9 novembre 2010

Mini-retraite à Notre Dame de l’Atlas


"Tu nous as faits orientés vers toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos tant qu'il ne repose pas en toi" Cette phrase de Saint Augustin, grande figure chrétienne de l’Afrique du Nord résonne en moi après quatre jours passés chez les moines trappistes de l’Atlas, à Midelt (Maroc), à l’autre bout de l’Afrique du Nord.

Les moines sont peu nombreux, trois : le prieur Jean-Pierre Flachaire, le frère Jean-Pierre Schumacher, le dernier des moines de Tibhirine et le frère hôtelier, Jose-Luis. Mais leur vie de don, d’abandon, de présence précaire et fragile, leur volonté d’être avec, d’être des priants au milieu des priants révèle une puissance à déplacer les montagnes ! Des montagnes qui sont très présentes autour de Midelt et culminent à plus de 3000 mètres (déjà couvertes de neige en cette saison), le monastère étant lui à 1500 mètres d’altitude. La température est déjà fraîche et les couvertures sont très appréciées la nuit ! L’hôtellerie d’ailleurs ferme pendant l’hiver et je fus le dernier hôte à y séjourner cette année.

On trouve dans ce monastère plusieurs sources d’inspiration :

- celle de Tibhirine, bien sûr, par la présence du frère Jean-Pierre et par un mémorial où sont présentées les photos des sept moines assassinés et une copie du testament de frère Christian. La bibliothèque du monastère de Tibhirine a été transportée à Midelt,

- celle de Charles de Foucauld par la présence du Père Peyriguère, dont le corps a été transféré à Midelt l’été dernier ; son chemin de vie a été de réaliser au mieux l'idéal de la spiritualité de frère Charles.

- celle des sœurs franciscaines qui ont été les premières à occuper les lieux actuels du monastère où elles étaient chargées d’un orphelinat et d’un atelier de tissage ; elles sont maintenant plus haut dans la montagne, à Tatiouinne.

Voici le cadre dans lequel j’ai été accueilli très chaleureusement par les moines ; je rends grâce pour tout ce que j’ai vécu à leurs côtés

- un temps de prière par la participation aux offices (je n’ai jamais participé aux vigiles de 4 heures le matin…) et aux Eucharisties

- un temps de partage où j’ai été invité à dire aux moines, réunis en chapitre, qui je suis et ce qu’est Foi et Lumière. Le frère Jean-Pierre (prieur) m’a dit qu’il avait eu une sœur trisomique à laquelle il était très attaché. Les moines m’ont assuré de leurs prières pour Foi et Lumière et je leur ai confié plus particulièrement le travail de l'équipe de coordination internationale ; chaque communauté est invitée à un jumelage avec une communauté religieuse, l'ECI a maintenant la sienne.

- un temps d’amitié avec de nombreuses conversations dans la cour du monastère et des moments privilégiés comme ce rendez-vous quotidien de 10 heures où les ouvriers qui travaillent à la réfection d’un bâtiment (une extension de l’hôtellerie) invitent les moines et les gens de passage à partager le thé à la menthe et un sandwich à la sardine : c’est ce qu’on appelle là bas la communauté élargie.

- et un vrai temps de repos où j’ai pu prendre le temps de réfléchir au contenu de la conférence que l’OCH m’a invité à donner en décembre,

Tout cela fait que j’ai l’impression d’avoir vécu une mini-retraite et cela m’a fait beaucoup de bien !

Le jour de mon départ, il y avait beaucoup d’agitation dans la ville ! Et pour cause, c’était le jour de la visite du roi ! La ville pavoisait avec des drapeaux marocains flottant un peu partout et des milliers de personnes convergeaient vers la ville pour assister à ce grand événement. Le monastère pavoisait aussi avec un drapeau marocain et un portrait du roi au dessus de la porte d’entrée.

Je me suis déjà surpris à plusieurs reprises à penser au temps passé dans cette communauté en me disant "ils sont en ce moment dans la chapelle en train de chanter l'office" et je joins ma prière à la leur dans ce monastère invisible dont je me sens un peu partie prenante.

A très bientôt, inchAllah !

lundi 8 novembre 2010

Confiance Yamna, Dieu est avec toi !



J’ai rencontré Yamna le 29 octobre à Midelt (Maroc). Yamna a 39 ans, elle est éducatrice spécialisée et a fondé une association qui s’appelle "Le chemin vers la vie". Elle accueille des enfants en situation de handicap mental à qui elle propose des activités éducatives : psychomotricité, apprentissages divers, jeux. Le bâtiment qui abrite l’association est en pleins travaux et il promet d’être magnifique.

Yamna est aussi en liens avec les sœurs franciscaines et avec les moines de Notre Dame de l’Atlas ; par leur intermédiaire, elle a eu connaissance de ce que nous faisons dans nos communautés Foi et Lumière. Cela lui a plu et elle en a adapté le fonctionnement à l’environnement culturel et religieux du Maroc. Le 27 décembre dernier, Tiqa (la confiance, en arabe) est née et les réunions se tiennent régulièrement dans les bâtiments de l’association, mais j’ai déjà raconté ça : http://fli-afoi.blogspot.com/2010/01/tiqha-la-confiance.html

J’ai donc été très heureux de pouvoir assister à une des rencontres de Tiqa. Nous étions dix-huit : 7 enfants handicapés, des parents (que des mamans et des sœurs) et deux amies (dont Yamna). La réunion a commencé par un temps de partage autour de la question : "en quoi la parole de Dieu peut aider les parents d’enfants handicapés ?". Tout se passait en arabe et les discussions étaient animées, mais Yamna a bien pris le temps de me traduire ce que chacun disait. Il y a eu ensuite un goûter, chacun ayant apporté jus de fruit et gâteaux, puis un temps de prière (j’ai eu la chance d’y être nommé). Si ce déroulement vous rappelle quelque chose, ça n’est pas du hasard ! Voici ce que j’ai écrit à Yamna à mon retour :
Je te remercie très chaleureusement pour ton accueil et ta gentillesse ! La rencontre de Tiqa (plus facile à écrire qu'à dire ;-)) fut pour moi un temps mémorable. Réaliser que l'intuition des fondateurs de Foi et Lumière (rassembler, autour des personnes ayant un handicap mental, des membres de la famille, parents, frères et sœurs et des amis pour partager, célébrer et prier ensemble) peut s'appliquer à d'autres religions est pour moi une confirmation.
Je crois en effet que la personne handicapée peut se révéler source d'unité, peut rassembler autour d'elle tous les gens de bonne volonté afin qu’ensemble, nous célébrions la valeur infinie de la vie !

Le lendemain, nous nous sommes retrouvés pour un thé en ville avec Yamna et Lamia. Lamia a 14 ans et est trisomique ; son papa est parti quand elle est née et elle ne le connaît qu’à peine. Elle a été très heureuse (et moi également…) de pouvoir marcher dans la rue en me donnant la main !

mardi 26 octobre 2010

Une demande de reconnaissance "exemplaire" !


Pendant l’Assemblée Provinciale de France Centre (18 et 19 septembre), les délégués de la communauté "Venez et Voyez" sont arrivés de Bourges avec un gros colis ! Il contenait un grand dessin réalisé par les membres de la communauté, deux petits livrets et de nombreuses lettres : je crois que tous ou presque avaient écrit. La raison de cette démarche ? C’était pour demander la reconnaissance de la communauté qui était jusqu’alors en période probatoire.

Je vous laisse deviner avec le dessin et quelques échantillons de ces lettres : qu’auriez-vous fait à la place de l’équipe provinciale ?

C’est la personne touchée par le handicap qui me motive à demander l’affiliation à Foi et Lumière. Elle est tout AMOUR. C’est aussi de savoir qu’à travers le monde entier, d’autres amis cheminent avec nous, et parfois avec des difficultés matérielles que nous ne pouvons imaginer…. A Foi et Lumière, même si parfois la barque peut tanguer, un grand rayon de soleil nous accompagne, et c’est le Christ Lumière. Merci Seigneur, de nous avoir soufflé l’Esprit d’Audace.


Pour moi, Foi et Lumière est un mouvement où la différence n’existe pas…. J’ai failli abandonner, mais finalement, je me suis rendu compte que j’y étais attachée. C’est un lieu de vie où chacun est accepté tel qu’il est, un lieu de partage des souffrances et des joies, un lieu où nous prions ensemble, nous faisons la fête.


Pourquoi je veux appartenir au groupe Foi et Lumière : quand Joris dit "à Foi et Lumière, on est toujours bien accueilli, tout le monde nous demande de nos nouvelles, personne ne se moque", quand Marc dit "à Foi et Lumière, on fait toujours la fête pour le goûter, tout le monde est heureux de se retrouver"… Pour toutes ces raisons, je ne peux plus laisser "tomber" Foi et Lumière… Et quelle joie de distribuer un peu de bonheur autour de moi, une manière de vivre le message du Christ. Avec mes faiblesses et mes imperfections, mes moments de fatigue et de découragement, mais dans la joie d’avancer vers les 40 ans de Foi et Lumière. Je veux continuer l’aventure pour François, Jessie, Joris, Marc, Marie, Lucie, François, Annick, Anne-France…. Et pour tous les autres qui viendront nous rejoindre.


Foi et Lumière nous fait entrer dans une grande famille régionale, nationale et internationale. Nous ressentons vraiment cette communion et cette communication. Nous souhaitons vraiment apporter notre vitalité à ce mouvement.


L’accueil chaleureux à l’égard de chacun sans distinction, la joie de se retrouver et la luminosité des célébrations et des regards m’ont ouvert un monde auquel j’avais rêvé. La manifestation des disciples de Jésus, qui se rendent proches des plus petits pour ainsi proclamer à la face du monde un Dieu d’Amour et de miséricorde.

Comme il y a longtemps quElvis n’a pas participé à une rencontre, il demande : "quand est-ce qu’on va faire la fête ? ", ce qui représente un événement pour lui qui est mal orienté dans le temps et dans l’espace, et qui a une mémoire qui lui fait souvent défaut !


Nous essayons de venir en famille à Foi et Lumière avec nos quatre garçons entre 15 et 3 ans, et chacun a des motivations variées

- L’un aime jouer avec les autres enfants et partager goûter ou repas

- L’autre souhaite par sa présence donner de la joie à des personnes en difficulté

- Le troisième trouve important de montrer aux personnes handicapées et à leur famille que l’on est avec eux…


J’ai 88 ans, j’ai découvert ce groupe Foi et Lumière il y a 7 ans…. Pour remercier le Seigneur de n’avoir aucun handicapé dans ma descendance, j’ai décidé de rejoindre Foi et Lumière, puisque ma santé me le permettait pour aider. J’ai trouvé un groupe très chaleureux et plein d’imagination pour aider et distraire les personnes handicapées.


Foi et Lumière est pour moi très important. Je retrouve dans cette association une grande famille, la famille du Christ. Je suis accueillie moi et mon enfant handicapé, toujours les bras ouverts, même si, du fait de ma séparation, je ne peux pas venir tout le temps. J’ai toujours le sentiment que je ne les ai quittés que la veille, jamais un mot de reproche. Les bras toujours ouverts avec la joie de se retrouver, c’est comme maman Marie qui me tend ses bras ouverts toujours pleine de tendresse. Ce soutien, cette écoute, ce réconfort et cet Amour avec un grand A, je ne les ai rencontrés qu’ici, et maintenant, à Foi et Lumière, grâce à Dieu, j’ai retrouvé une famille ; avec eux le handicap n’existe plus. Merci, le regard a changé.

Je pense que vous avez deviné la réponse qui a été donnée à cette belle requête ! Et ce fut pour moi une joie que d’annoncer à la communauté, devant l’Assemblée Provinciale, qu’elle était désormais une communauté reconnue ; j’ai pris quelques lettres au hasard pour les lire et la Providence m’a fait choisir la dernière lettre reproduite ci-dessus, celle que j’ai trouvée la plus touchante et la plus émouvante !

Une demande de reconnaissance pour une communauté n’est pas une formalité administrative ; c’est un cri du cœur qui doit être fait dans la joie de rejoindre la grande famille des communautés Foi et Lumière, comme cela a été écrit. Alors, que la communauté "Venez et voyez" serve de modèle à beaucoup d’autres !

vendredi 22 octobre 2010

Deuxième assemblée en Pologne Centre-Est


Il peut arriver qu’une assemblée provinciale se réunisse un an seulement après la précédente. C’est ce qui est arrivé dans la province Pologne Centre-Est, suite à la démission de la coordinatrice élue en mai 2009. Compte tenu de la dimension géographique de la province, cette solution a été préférée à la désignation d’un coordinateur par intérim par la vice-coordinatrice internationale.

Les communautés se sont donc retrouvées, du 15 au 17 octobre à Kanie Helenowskie, près de Varsovie dans un centre qui, pour Foi et Lumière en Pologne a un sens particulier. C’est là en effet que le Père Thomas Philippe venait prêcher des retraites, et c’est là qu’ont eu lieu beaucoup de réunions importantes, dont l’assemblée de 2009. Le thème de la rencontre était : "La communauté, lieu de la joie et du pardon".

J’ai été accueilli à l’aéroport par quatre personnes : Asia et sa maman, Helena, et Beata qui allait être mon interprète pendant le week-end.

Nous avons démarré le premier soir avec Joanna Kokzot qui nous a expliqués comment le menuisier peut donner à ses outils l’harmonie et la joie de travailler ensemble quand il s’agit de créer une œuvre commune : nous étions tous qui un rabot, qui un marteau, qui une scie et tous, nous méprisions notre voisin, sûrs d’être le meilleur des outils ! Et le berceau que nous avons fait (virtuellement…) était très beau et nous avons été fiers de cette réalisation commune.

Le lendemain matin, il y a eu un temps de parole du Père Pawel, aumônier provincial sur le thème de la rencontre et j’ai ensuite enchaîné en parlant de l’anniversaire de Foi et Lumière et des pèlerinages : j’ai expliqué comment bien se préparer, comment bien vivre les journées passées ensemble et comment continuer à vivre de l’élan donné pour ces fêtes d’anniversaire.

L’après-midi fut consacré au temps de discernement et de vote. Il n’a pas été nécessaire de retravailler les priorités de la province, celles définies en 2009 restent valides. Le comité de nomination a présenté Renata Nader, seule personne ayant accepté d’être présentée pour l’élection ; les autres personnes appelées ont eu la possibilité de s’exprimer et de dire pourquoi elles ne pouvaient pas accepter la demande qui leur était faite. Renata a été élue et cette élection a été fêtée avec joie. J’ai remis à Renata une rose, demandant aux communautés de prendre soin de Renata comme elle allait prendre soin de sa rose.

Le lendemain, après une promenade sous un beau soleil (mais avec une température de saison…), l’Eucharistie a été célébrée et ce fut l’envoi. Mon avion de retour était le soir, aussi j’ai eu la possibilité de me promener avec Renata et Beata dans le centre de Varsovie et d’admirer les vieux quartiers et ses belles églises.

J’ai été heureux de participer à cette assemblée provinciale, j’ai pu mesurer la joie et l’enthousiasme des personnes présentes, j’ai apprécié la maturité avec laquelle l’assemblée a accueilli la présentation des travaux menés par le comité de nomination, j’ai aimé parler avec Basia, ancienne coordinatrice provinciale, de retour d’un an passé en Zambie en mission chez des sœurs salésiennes (avec de belles photos d’un très beau pays !!), mais j’ai regretté que près de la moitié des communautés ne soit pas venues et je mesure le travail à faire par l’équipe provinciale pour redonner élan et enthousiasme à cette province. Merci à Renata, jeune coordinatrice (30 ans) d’avoir accepté cette mission et un grand merci à Beata pour avoir assuré pendant tout le week-end les traductions du polonais au français et du français au polonais !


lundi 18 octobre 2010

Une nouvelle communauté à Dapaong !




Je suis très heureux de vous annoncer qu'une nouvelle communauté a démarré samedi dernier 16 octobre à Dapaong, dans le nord du Togo.
Cela faisait quelque temps que le Père Joan Soler, qui est missionnaire là bas a demandé de la documentation pour pouvoir démarrer une communauté. Il a connu Foi et Lumière en Espagne, à Gérone (au Nord de Barcelone) et a participé à un pèlerinage à Lourdes où il a été très touché par le témoignage de Jean Vanier.
Il disait en février dernier : "Je suis en train de bien connaître toutes les personnes avec un handicap mental de la nouvelle paroisse que nous sommes en train de créer, et Dieu merci, l’année prochaine on va commencer un groupe avec l’inspiration de Foi et Lumière. Si ça marchait, après on vous demandera d’appartenir au mouvement, mais on doit aller doucement, parce que, comme vous dites en français : Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Et j’ai trouvé, ici, beaucoup de petits oiseaux, tous ces petits « spéciaux », avec lesquels nous commencerons une petite famille."
Et puis la semaine dernière, je reçois des nouvelles ! la communauté va démarrer le 16 octobre !
"si Dieu veut, ce samedi prochain 16 octobre, commencera le groupe de Foi et Lumière de Dapaong au Togo. Il y a 9 personnes avec leurs familles, amis et autres, et je pense que c’est le moment de démarrer finalement. C’est-à-dire, priez beaucoup parce que le mouvement devienne, vraiment, une lumière pour ces « petits » de Dapaong, et qu’il fait grandir la foi de tous."
Et voici aujourd'hui le premier compte rendu : "Cher Ghislain, voilà que le groupe a bien commencé. Nous étions 5 personnes handicapés, avec leurs parents, et des amis ; j’étais vraiment content, parce que je ne m’attendais pas qu’ils allaient venir. On leur a présenté le mouvement, nous avons lu l’évangile, on a prié et nous avons partagé quelque chose a manger. Maintenant, les parents qui sont venus étaient vraiment contents et ils m’ont dit qu’ils encourageront les autres. Je t’envoie deux photos, une de tout le groupe, et l’autre des jeunes qui ont préparé un petit théâtre pour représenter l’emblème de Foi et Lumière."

C'est toujours très émouvant de lire ces petits récits et je vous encourage à porter dans la prière cette petite communauté. Je vous donnerai d'autres nouvelles quand j'en aurai.



jeudi 14 octobre 2010

Jumelage à l'abbaye de la Pierre Qui Vire

Foi et Lumière demande à toutes les communautés d’avoir un lien de jumelage avec une communauté religieuse. Ce jumelage consiste à donner des nouvelles, à confier des intentions de prière et à rendre visite régulièrement à cette communauté pour un temps de rencontre et d’amitié. J’ai la prétention de penser que ces liens d’amitié font du bien à tous : aux communautés Foi et Lumière, bien sûr, mais aussi aux communautés religieuses.

Aussi, quand je reçois l’information concernant que 4 communautés de France - Arche d’Espérance (Sens), Emmanuel «Dieu avec nous » (Auxerre), La Croix Soleil (Cosne sur Loire) et Sainte Bernadette (Nevers) – ont créé ce lien avec l’Abbaye de la Pierre Qui Vire, je bondis de joie et vous fais partager ce reportage pour vous encourager à faire de même. L’intention principale à confier aux communautés religieuses amies est de prier pour que nos célébrations des 40 ans de Foi et Lumière soient un moment de fête, certes, mais aussi un temps d’appel, de mission, de création de nouvelles communautés ! Foi et Lumière n’est pas assez connu et il y a encore beaucoup de familles à qui une communauté proche ferait tant de bien… Alors, n’hésitez pas, mettez cette priorité en haut de la liste !

Et merci à Gilles et Yvonne Delaunet qui ont écrit ce beau témoignage.


A l’invitation de Marie-Hélène MATHIEU, fondatrice du mouvement, nous demandant de mettre les communautés Foi et Lumière sous la protection d’un ordre contemplatif, nous nous sommes retrouvés, membres responsables et équipes de coordination des quatre communautés de l’Yonne et de la Nièvre pour un week-end à l’Abbaye de la Pierre Qui Vire.

Monseigneur Paul BERTRAND, aumônier de la communauté d’Auxerre, Emmanuel « Dieu avec nous », nous a fait un remarquable enseignement sur Jésus serviteur, à partir des textes de l’Evangile de Saint LUC et des épîtres de Saint PAUL, nous invitant à nous mettre au service des plus petits, les préférés du Seigneur.

Frère AMBROISE, moine délégué par le Père Abbé pour notre mouvement, est venu partager avec nous un bon moment de l’après-midi du samedi. Le soir, avec lui, Monseigneur BERTRAND, et Guy MORVAN, Diacre de la communauté Sainte Bernadette de Nevers, nous avons eu une veillée à la chapelle Béthanie pour répondre à l’invitation du Seigneur en nous lavant les pieds les uns les autres. Quelques jeunes, porteurs d’un handicap, étaient présents, donnant un sens tout particulier à ce sacramental, cher à Jean VANIER, co-fondateur du mouvement.

Le Dimanche après l’Eucharistie et le déjeuner, rencontre avec le Père Abbé. Le soir, nous sommes restés quelques-uns pour un temps de convivialité avec tous les moines. Un partage de ce qu’ils vivent, de ce que nous vivons au sein de nos communautés. Ils étaient curieux et très attentifs.

Au cours de ce week-end le relais de l’accompagnement de nos communanutés a été transmis à Madame Marie-Madeleine LORAIN, actuelle responsable de la communauté de Cosne sur Loire.

Pour répondre au projet missionnaire du Diocèse nous sommes soucieux d’entrer en contact avec les équipes d’animation pastorale, (E.A.P.) de notre département pour nous faire connaître et les inviter à être relais auprès de parents ayant un enfant (petit ou adulte) porteur d’un handicap mental.

vendredi 8 octobre 2010

Trois jours pleins de couleurs

Du 12 au 15 septembre, des délégations des communautés de la province "Couleurs de l’Asie" (Malaisie, Singapour et Philippines) se sont retrouvées à Cavite, près de Manille pour leur Assemblée Provinciale. Le thème de cette rencontre était : "Répondre à l’appel du Berger". J’ai bien regretté de ne pas être avec eux pendant ces trois jours… Elaine était là, pour animer ce temps important pour la Province et elle m’a envoyé ce compte rendu que je vous fais partager ici (j'ai pris en compte également des informations en provenance de Macel, une des vice-coordinatrices de la province) :

La réunion a débuté le dimanche 12 septembre en fin d’après-midi par une célébration eucharistique présidée par le Cardinal Archevêque de Manille Gaudencio Rosales et le Père Augustin Rolly, aumônier de la communauté "Myosotis" aux Philippines, et animée par les Philippins. Le repas du soir fut ensuite une occasion de célébrer les retrouvailles : accueil des anciens et des nouveaux amis, échange et partage des nouvelles et des histoires.

Il était bon de voir autant de parents avec leurs enfants handicapés assister à l'assemblée ; la Malaisie était bien représentée avec neuf personnes qui ont fait le voyage jusqu’à Manille. Pour beaucoup, c'était la première fois qu'ils prenaient l’avion ! Singapour était également bien représenté avec notamment Mabel et Max, deux personnes handicapées, qui ont apporté joie, couleur et "fun" à l'Assemblée Provinciale ; Max, en particulier, n'a pas arrêté de danser, partager ses talents avec les autres délégués et il n'est pas resté une minute sans parler !

Le lendemain matin, après l'accueil, Mabel a présenté à l'assemblée les objectifs de la réunion.

Les journées d’assemblée devaient être consacrées à la préparation et au vote pour l'élection d'un coordinateur provincial et de l'équipe provinciale. Cela a commencé par l'introduction au processus de discernement, effectuée par la vice-coordinatrice internationale, Elaine, suivie par un temps de questions et de discussion. En parallèle, un atelier sur le discernement a eu lieu pour les personnes ayant un handicap mental qui étaient présentes à l'assemblée ; cet atelier était animé par Tintin Suguitan, (une amie, éducatrice spécialisée, de la communauté "Rose" de Pasig), Valerie et Macel. Il y a eu beaucoup de discussions sur ce processus de discernement et aussi sur ce qui devait arriver dans l'après-midi quand on annoncerait les noms des personnes présentées pour l’élection. L'après-midi, les délégués ont eu l'occasion de rencontrer les personnes nommées. Elaine avait donné quelques directives sur la façon dont cela devait se passer, afin que chacun puisse se sentir à l'aise.
Ce temps d’échanges avec les délégués fut très animé et s’est bien passé.
Valerie Jacques fut la seule personne dont le nom est resté pour le rôle de coordinateur provincial. Mabel Vicaldo l'autre personne appelée pour ce rôle avait retiré son nom la veille. Elle a eu l’occasion d’expliquer ses raisons à l'Assemblée.
Plus tard dans l'après-midi, les personnes handicapées ont pu présenter les résultats de leur atelier du matin sur le choix d'un coordinateur.
La journée du lendemain a commencé par un temps de réflexion et de discernement sur les priorités de la province pour les quatre prochaines années. Il y a eu une bonne participation et les priorités ont été notées pour que la nouvelle équipe provinciale y travaille pendant la durée de son mandat.
Valerie a été élue coordinatrice provinciale et son «oui» à l'appel a été accueilli avec beaucoup de joie !

Les cinq vice-coordinateurs provinciaux ont été également élus par l'assemblée : Luisa de Malaisie, Alaric de Singapour, Anne, Randy et Macel des Philippines. Il y a trois nouveaux et deux faisaient partie de l'équipe précédente avec Mabel. Cela donne un bon équilibre à l'équipe : ils sont tous impatients de travailler ensemble pour la bonne marche de la province. Le temps d’action de grâce pour la nouvelle équipe provinciale a débuté par une célébration eucharistique avec le Père Roly. Valerie et son équipe ont ensuite été envoyés en mission et bénis par le Père Roly et toute l’assemblée pour un bon départ dans leur nouveau mandat. Un des temps forts de ces deux jours de réunion a eu lieu après le repas du soir quand tout le monde s’est retrouvé dans la salle de réunion pour socialiser, danser et jouer tous ensemble.
La joie et les rires provoqués par toutes ces activités ont beaucoup fait pour alléger nos esprits avant que nous nous dirigions vers nos chambres et notre lit.
Les prières du matin et du soir ont été soigneusement préparées pour faire écho au thème de chaque jour. Ces temps de silence, de réflexion et de prière étaient à la fois nourrissants et pacifiants pour renouveler nos esprits et nous rappeler la présence constante de l’amour de Dieu dans nos vies.
Le dernier jour, la fête a vu la participation de nombreux membres des communautés F & L de Manille. Mabel et l'équipe provinciale précédente ont été mis en vedette dans une
vidéo montrant les faits saillants de leurs activités avec les communautés F & L des Philippines. L'Assemblée a exprimé ses remerciements et sa gratitude à Mabel et son équipe pour tout le temps et l'énergie qu'ils ont donnés à toutes les communautés au cours des dernières années. Valerie, la nouvelle coordinatrice provinciale et la nouvelle équipe provinciale ont été présentées et confirmés dans leurs rôles avec beaucoup d'enthousiasme et de joie. Notre célébration s'est terminée par un chant, une prière et une bénédiction.

les photos de l'Assemblée, et

vendredi 1 octobre 2010

Merci aux vice-coordinateurs sur le départ

Pendant deux jours et demi, le conseil d’administration s’est réuni à Paris et a abordé de nombreux sujets. Mais il ne me revient pas d’en faire le compte rendu. J’y ai fait un rapport des activités des provinces et j’ai proposé des noms de personnes qui acceptaient de remplacer les vice-coordinateurs dont le mandat arrive à échéance : Elaine, Hervé et Anne, Tim et Maria-Cecilia, Marie-Rose.

Je voudrais dire un très grand merci à ces 6 personnes qui ont beaucoup travaillé depuis l’Assemblée Générale de Lourdes : ils ont animé 26 assemblées provinciales, ils ont accompagné les provinces dans l’implémentation des nouvelles structures, ils ont été proches de chaque coordinateur de province, prêts à répondre à toutes les questions, à calmer les inquiétudes, à encourager. Et tout a été fait avec les qualités que le Saint-Esprit leur a communiquées : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi (cf. Ga 5, 22-23).

Ils vont poursuivre leur chemin dans Foi et Lumière de différentes façons, mais toujours avec dévouement et fidélité à l’engagement d’être avec le plus petit :

Elaine fait partie du comité de nomination internationale, très actif pour identifier des successeurs aux vice-coordinateurs sortants

Hervé et Anne vont se mettre au service d’un petitr groupe en charge d’accompagner les communautés isolées d’Afrique, notamment celle du Bénin

Tim et Maria-Cecilia vont poursuivre leur travail au sein de l’équipe de formation internationale

Marie-Rose va reprendre le chemin de sa chère communauté ‘la Petite Voie’, mais sera sûrement disponible pour assister ceux qui vont lui succéder !

Encore une fois, au nom de toutes les provinces qu’ils ont accompagnées, je vous dis un immense merci !

mercredi 22 septembre 2010

Fin du tour de France à Tours



Les neuf provinces de France sont maintenant toutes passées par la case "Assemblée Provinciale" et Marie-Rose, vice-coordinatrice international en charge d’accompagner toutes ces provinces va maintenant pouvoir souffler un peu et plus profiter de la vie de sa communauté ! Depuis bientôt deux ans, elle a parcouru toutes les provinces et elle termine son parcours avec le maillot jaune ou plutôt le maillot rose ! Merci Marie-Rose !

A Tours, en ce dernier week-end d’été, toutes les communautés de la province France Centre (une grande province recouvrant 14 départements, de Cherbourg à Nevers, d’Auxerre à Angers) se sont réunies à Tours, sous la protection de Saint Martin, tout près de la basilique. C’est là que Jean-Paul II était venu, comme pèlerin, rencontrer les "blessés de la vie", là que s’est passé un des nombreux écarts au protocole dont il avait le secret… Ce matin-là, il était arrivé très faible, mais la Providence a voulu qu’il y eût une maman avec son enfant handicapé sur le parvis : il n’a pas hésité un instant et est directement allé les saluer.

Un premier temps important de l’assemblée a consisté à définir les priorités de la province ; chaque communauté avait réfléchi à la question et des groupes de partage ont permis une première synthèse que chacun de ces groupes est venu présenter. Ensuite, j’ai rassemblé avec Marie-Rose toutes ces propositions dans une liste qui a été approuvée par l’assemblée ; parmi les priorités, il y a l’organisation d’un pèlerinage, l’appel de jeunes, les formations, l’intégration à la vie ecclésiale, des rencontres entre communautés.

Au début de l’assemblée, un des vice-coordinateurs est venu apporter un très gros paquet de lettres ; ces lettres étaient écrites par tous les membres de la communauté de Bourges, "Venez et voyez", demandant sa reconnaissance avec des mots parfois très émouvants. A ces lettres était joint un très beau dessin. L’équipe provinciale n’a pas hésité longtemps dans son discernement et j’ai pu ainsi avoir la joie d’accueillir cette communauté ! L’assemblée a donc eu un droit de vote supplémentaire. Ce fut un temps très fort et la manière dont cette demande de reconnaissance a été faite est véritablement exemplaire ! J’ai demandé à avoir un florilège de ces lettres et ça sera l’objet d’un prochain article.

Avant de passer au vote proprement dit, le comité de nomination a présenté les résultats des appels de noms émis depuis la précédente rencontre d’avril dernier et nous avons répondu aux questions et commentaires qui ont été exprimés ensuite. Quand certaines questions un peu plus délicates sont venues, générant parfois un petit peu de tension, j’ai vu une main se lever au fond de la salle : c’était une personne ayant un handicap qui demandait qu’on s’arrête pour chanter : "Amis chantons notre joie ! " Et ce fut avec beaucoup d’enthousiasme que nous avons chanté !
Jean-Régis et Andrée, avec Marie, Sandrine, Christian et Mauricette, Marie-Madeleine, Philippe constituent la nouvelle équipe provinciale. Cette équipe sera complétée par un/une vice-coordinateur/trice supplémentaire : en effet, le besoin d’accompagnement des communautés et la taille de la province le justifient.

Le reste de ces deux jours fut plein de temps de rencontre, d’échange, de jeux (un quiz sur Foi et Lumière a permis de découvrir, avec beaucoup de joie et de rires, petit à petit un dessin très célèbre à Foi et Lumière), de prière. Une vraie rencontre de communauté !

Cette province est partie pour quatre ans avec beaucoup d’enthousiasme et une équipe en partie renouvelée ; je remercie tous ceux qui ont préparé cette belle rencontre, tous ceux qui y ont participé avec beaucoup de fougue et d’énergie, tous ceux qui ont accepté la mission d’accompagner la province et ses communautés ! Bonne route à chacun et que l’esprit d’unité qui a prévalu pendant ces deux jours demeure longtemps dans la province France Centre !

samedi 4 septembre 2010

Tremblement de terre à Christchurch


En me levant ce matin 4 septembre, j'ai entendu la nouvelle d'un très fort tremblement de terre à Christchurch, en Nouvelle Zélande et je me suis inquiété pour nos amis là bas.
J'ai été assez vite rassuré par des messages de Mary De Leijer (coordinatrice de la province Croix du Sud), d'Elaine Swain (vice-coordinatrice internationale) et de Anne-Marie Pike (vice-coordinatrice provinciale) que je reproduis ci-après.

Nous allons tous bien, merci. Il y a eu un peu de casse dans la vaisselle et la porcelaine, mais nous allons bien ; nous avons pu parler avec de nombreux amis de Foi et Lumière et il n'y a pas eu de blessés. Il y a beaucoup de dégâts dans de nombreux bâtiments et infrastructures, mais rien d'irréparable. Mary et Jos

Tout va bien ici pour moi, Jack et Clare [la fille d'Elaine et Jack] qui heureusement était avec nous ce week-end. Nous n'avons pas noté de gros dégâts à Rangiora. Christchurch a subi de grands dommages dans quelques quartiers ; Kaiapoi et le quartier Selwyn de Canterbury ont été sévèrement touchés également. Nous avons passé une grande partie de la journée à essayer de prendre des nouvelles de la famille à Christchurch et Kaiapoi. Grâce à Dieu, personne de notre famille n'a été blessé, mais quelques unes de leurs maisons ont été endommagées. Jill, une de nos filles est ce soir dans un abri avec son mari et les enfants parce que leur maison n'est pas sure, en particulier avec toutes les répliques que nous ressentons encore. Le tremblement a frappé à 4.35 ce matin, aussi la journée a été longue et pleine d'angoisse pour tous.
Merci pour tes prières, c'est bon de savoir qu'on pense à nous. Anne-Marie et Roger et la communauté de Marralomeda n'ont pas d'électricité ni d'eau, mais je pense que ça a du être rétabli maintenant. Je n'ai pas de nouvelles de Mary, mais peut-être t'a-t-elle contacté?
Nous rendons grâce à Dieu que personne n'ait été blessé ou tué par ce tremblement de terre, ce qui est particulièrement remarquable quand on voit sa puissance et tous les dégâts matériels qu'il a pu causer
Arohanui, Elaine

Nous allons tous bien, mis à part quelques bris de glace. Tous dans notre communauté sont sains et saufs, quelle bénédiction. Mais ce fut très effrayant de se réveiller et de sentir la maison violemment secouée, le bruit du verre qui se brisait et pas de lumière. Il y a encore souvent des secousses.
Anne-Marie & Roger