lundi 12 décembre 2011

Joyeux Noël !

Autrefois en France, quand le budget n’avait pas été voté avant la fin de l’année, on arrêtait symboliquement les pendules du Parlement jusqu’à ce que le vote soit acquis.
A Foi et Lumière, nous arrivons à la fin de 2011 et toutes les célébrations de notre 40ème anniversaire ne sont pas terminées… alors, nous aussi, nous allons arrêter les pendules ! Pas seulement pour quelques heures, mais pour plusieurs mois : jusqu’à la Toussaint 2012, nous serons encore en 2011 !!
Il fallait bien 21 mois pour fêter cet anniversaire !
Tout a commencé à Lourdes où nous étions rassemblés avec les coordinateurs de province : le jour de la fête de la Lumière, nous avons allumé un grand feu destiné à briller jusqu’aux extrémités de la terre et chaque coordinateur est reparti, avec une lanterne et une bannière toute neuve, en messager de la joie vers les communautés de sa province. Tout se terminera en novembre 2012 pour les deux derniers pèlerinages programmés à Banneux (Belgique) et à Ars (France). Au milieu de ces 21 mois de fête, il y a Noël qui doit avoir pour nous tous une saveur particulière car le 25 décembre 2011 sera le centre et le point culminant de nos fêtes d’anniversaire… Nous partirons pour un autre pèlerinage et irons fêter l’anniversaire de Jésus, qui est un anniversaire bien plus important que celui de Foi et Lumière, nous accueillerons Celui qui est venu s’incarner dans le cœur de chacun d’entre nous, pour nous révéler son humilité et nous manifester sa puissance et sa gloire à travers la pauvreté et la fragilité, pour que nous soyons, à sa suite, des princes de la Paix.

"Qui regarde vers lui resplendira, sans ombre ni trouble au visage." (Ps. 33, 6)
Comme action de grâces pour toutes les joies déjà vécues depuis février 2011, je voudrais que nous apportions au petit Jésus de la Crèche, enfant humain, nu, fragile et complètement dépendant de ses parents, tous les beaux cadeaux reçus cette année :
- les nombreux pèlerinages qui ont déjà eu lieu depuis Waikanae en Nouvelle Zélande jusqu’à Deir Dronka en Egypte, qui ont rassemblé au total plus de 7000 personnes. Ils ont eu lieu à Aparecida (Brésil), Lourdes (deux fois, à Pâques et en juillet), Paola (Italie), Loreto (Italie), Steyl (pays Bas), Paray-le-Monial (France), Loreto et Rome (Italie), Sumuleu Ciuc (Roumanie), Antananarivo et Antsirabe (Madagascar), Lady of the Snows (USA), Półczno/Sianowo (Pologne), Nara (Japon), Santiago (Espagne). Il y a eu également des pèlerinages de communauté au Soudan, au Cameroun, au Zimbabwe… Des pays ont fêté d’autres anniversaires comme les 20 ans de Tikėjimas ir Šviesa en Lituanie, les 25 ans de Fe y Luz au Honduras…
- le livre de Marie-Hélène, tant attendu, nous permet de revivre notre histoire sainte et de nous replonger dans les origines de notre mouvement. Il est indispensable de bien connaître l’intuition des origines et le travail de nos fondateurs pour bien vivre la mission qui nous est confiée.
- la participation à la rencontre d’Assise en octobre fut une confirmation de la mission prophétique de Foi et Lumière pour la paix. L’accueil de la personne fragile dans nos communautés est un signe que les différences sont un enrichissement quand elles sont vécues dans l’amitié et la fraternité, qu’elles ne doivent pas nous faire peur.

"Un pauvre crie ; le Seigneur entend : il le sauve de toutes ses angoisses." (Ps. 33, 7)
Je voudrais que nous présentions aussi à Jésus tout ce que nous avons vécu de plus difficile, car tout n’a pas été rose cette année…
- la création d’un nouveau pays, le Soudan Sud a vu beaucoup de familles engagées dans Foi et Lumière quitter leur maison pour aller dans ce nouveau pays. Les évêques et les paroisses ont été prévenus pour que des communautés puissent démarrer très vite.
- Il y a eu un gros tremblement de terre à Christchurch (Nouvelle Zélande) qui faisait suite à un autre en 2010 et beaucoup de membres des communautés locales ont subi des dégâts importants.
- Même si les communautés du Japon sont localisées à Tokyo ou au sud de Tokyo, le tremblement de terre, le tsunami et les accidents nucléaires ont durement frappé le pays. Deux aumôniers de Foi et Lumière ont passé plusieurs semaines dans une paroisse du nord du pays pour leur apporter soutien et réconfort.
- Les événements du Moyen Orient en Egypte et en Syrie ont obligé les provinces à reporter les pèlerinages programmés à Deir Dronka, sur les bords du Jourdain (Jordanie) et à Said Naya (Syrie). La province d’Egypte Sud a pu reprogrammer le pèlerinage en novembre qui fut très réussi ! Plus de 500 participants ont pu fêter et célébrer la joie des 40 ans de Foi et Lumière sur les lieux où la Sainte Famille s’est réfugiée.
Alors, en cette veille de la deuxième moitié de notre année d’anniversaire, je vous souhaite une très bonne année 2012 ! Poursuivons la fête ! Et pour conclure, je cite ce qu’a dit l’évêque de Minya (Egypte) à la fin du pèlerinage de Deir Dronka : « C’est dans les moments de souffrance, de peur, de précaution… que Jésus sème sa joie, sa paix dans les coeurs !... A travers ‘ses petits ‘, il crée l’unité entre tant de rites, de pays, de villages si différents !... »

jeudi 8 décembre 2011

Foi et Lumière il y a 100 000 ans !!

J’ai trouvé l’histoire de la première communauté Foi et Lumière dans un récit de Xavier Le Pichon, chercheur, professeur honoraire au Collège de France et membre de l'Arche. Cette histoire est très belle et nous rappelle combien la rencontre avec la personne faible, l’attention portée aux plus fragiles d’entre nous est constitutive de notre humanité.


Au cours de fouilles faites dans les années 50 dans une caverne in Iraq, une série de tombes de Néanderthaliens datant d’une centaine de milliers d’années a été découverte. L’un des squelettes était celui d’un homme d’une quarantaine d’années, appelé "homme de Shanidar", qui était si profondément handicapé qu’il n’aurait pas pu vivre sans le support du groupe auquel il appartenait. Ralph Solecki, auteur de cette découverte a écrit : « Cet homme manchot, borgne et estropié n’avait aucune possibilité de contribuer à acquérir sa propre nourriture par la chasse ou la cueillette. Qu’il ait survécu durant des années est un témoignage de la compassion et de l’humanité des Néanderthaliens ». 
Depuis, d’autres découvertes ont confirmé que l'homme de Shanidar n’était pas une exception et que les Néanderthaliens nourrissaient les membres de leur communauté trop handicapés pour contribuer à la recherche de leur propre nourriture et en prenaient soin de manière générale. Pour survivre, il avait fallu que ces personnes soient complètement prises en charge par leur communauté. Et quelles étaient ces communautés ? Elles ne devaient pas comprendre plus de quinze à vingt personnes vivant de la chasse et de la cueillette sans campement permanent. Chaque jour, il fallait se déplacer pour trouver de nouvelles ressources. Il est difficile d’imaginer les efforts déployés durant ces nombreuses années pour transporter ces personnes de camp en camp, pour les nourrir, et simplement pour leur permettre de survivre. Pourquoi ces petits groupes prirent-ils la décision qui nous apparaît complètement folle de complètement réorganiser leur vie autour de ces proches profondément handicapés pour qu’ils puissent survivre ? Que recevaient-ils en échange pour continuer à le faire pendant des années ? Pourquoi décidèrent-ils de l’enterrer ? Enterrer une personne était la marque d’un respect très particulier. L’homme de Shanidar nous montre que l’expérience de l’accueil d’une personne souffrante est au cœur de notre identité d’humain depuis notre toute première origine. De fait je pense que c’est dans cet accueil que nous nous faisons l’un à l’autre le don de notre humanité. Notre humanité est une potentialité que nous devons découvrir pour la faire grandir et cette découverte ne peut se faire qu’au cours de ces expériences de rencontre avec la personne souffrante. Et c’est ce don mutuel qui est à la fois le fruit et la récompense de la rencontre.

mercredi 30 novembre 2011

A Deir Dronka, ils sont tous des apôtres de la joie !

Après l’annulation du pèlerinage prévu en février 2011 à Deir Dronka par les deux provinces regroupant l’Égypte, le Soudan Nord, le Soudan Sud et le Koweït, Sahar Rephat, coordinatrice de la province Égypte Sud, aidée par la sœur Hoda ont remis le projet en route pour le mois de novembre. Un pèlerinage provincial est une grande aventure et demande une longue préparation, mais cela n’a pas arrêté Sahar, elle a tant d’énergie et aime tellement Foi et Lumière que pour elle, rien n’est impossible. Aussi, quand, début octobre, de nouveaux affrontements opposant des manifestants coptes aux forces de l'ordre dans le centre du Caire ont fait 24 morts, Sahar a failli renoncer une deuxième fois… Et puis, elle m’a écrit qu’elle était si fatiguée de cette préparation qu’elle ne se sentait pas le courage d’annuler encore une fois, et elle s’est confiée à la Providence et à nos prières pour que tout se passe bien !
 Et tout s’est merveilleusement bien passé ! Du 8 au 10 novembre, ils étaient 500 venus d’Égypte Sud, de Syrie et du Koweït ; il y avait aussi une délégation de l’Arche de El-Minya, des représentants de la Maison de l’Espérance d’Alexandrie (dirigée par Jeannette Gobran, ancienne coordinatrice de Foi et Lumière pour l’Égypte), et d’autres associations œuvrant dans le domaine du handicap mental.
Trois évêques coptes catholiques ont participé au pèlerinage : Mgr. Kyrillos William, évêque d’Assiout, Mgr. Youssef Abou El Kheir, évêque de Sohag et Mgr. Ibrahim Isaak, évêque de El-Minya, ainsi que 14 prêtres et 17 Religieuses de différents ordres.
Le thème général du pèlerinage était : "je suis un apôtre de la joie", et chaque jour, un sous-thème était proposé : "Dieu m’aime", "Je m’accepte et… j’aime l’autre" et "Moi, apôtre de joie".
Voici un compte rendu envoyé par Sahar

Jour 1 : "Dieu m’aime"
La fête commence. Mgr. Kyrillos allume la bougie du 40ème Anniversaire de "Foi et Lumière". Il orne la tête de nos frères et sœurs handicapés d’une couronne de fleurs. C’est le signe de reconnaissance de ces personnes comme membres du Corps Mystique. C’est aussi l’expression du respect que nous leur devons.
Puis, des chants composés pour l’occasion sont chantés par la Chorale de Ste Thérèse d’Assiout, accompagnée par un orchestre dirigé par Sr. Hoda Chebly, le tout dans une ambiance très joyeuse. Khalil, jeune personne aveugle joue de l’orgue.
L’Eucharistie, célébrée par Mgr. Kyrillos et Mgr. Youssef accompagnés par les prêtres et les servants d’autel, précède le repas.
La prière du soir, à la lumière des bougies, nous fait méditater cette parole : «Il est retourné vers son Père ». C’est la joie du pardon, de la réconciliation, le retour au Père qui m’aime et qui m’attend toujours. 

Jour 2 : "Je m’accepte et… j’aime l’autre"
Nous commençons notre journée par "la prière des doigts", prière toute simple qui nous apprend à prier. Elle nous ouvre à cette Présence de Dieu qui nous accompagne à tout instant.
Une fois le petit déjeuner terminé, nous entreprenons notre escalade de la montagne de Dronka (2km). D’autres personnes de la région (200 personnes) se joignent à nous pour la montée. Nous quittons notre tente pour marcher en procession. La statue de la Vierge est à la tête du groupe avec le drapeau égyptien. Chaque communauté suit avec sa bannière, et les évêques guident la procession. En avançant, nous prions et méditons les 5 mystères joyeux du rosaire avec des chants. Nous arrivons au couvent de la Vierge Marie. nous le visitons et nous confions le pèlerinage à Notre Mère.
Là, nous entendons avec une grande émotion cette parole forte dite par un moine orthodoxe : « Maintenant, je sens que nous sommes "un" et non de rites différents. Je sens que je suis au ciel et non sur la terre». Cette expression jaillie du cœur de ce moine ne nous rappelle-t-elle pas ce que Jean Vanier nous avait dit :  « La personne handicapé sera la raison de l’unité de l’Eglise ». 
le repas de midi et un temps de repos sont bien mérités. Ils sont suivis d’une assemblée. Les chants du Jubilé et les témoignages de vie se succèdent : témoignage d’une religieuse, de trois parents d’enfants handicapés, de cinq jeunes handicapés et celui d’un ami d’une communauté. Aussi, quelques projections nous montrent la vie des différentes communautés. Le témoignage de Jeannette Goubran présente quelques étapes de sa vie avec Foi et Lumière.
Une soirée récréative suit ; elle se clôture en soufflant les 40 bougies du Jubilé ; signe d’un « re - commencement », d’une nouvelle année dans la joie et la fête !...

Jour 3 : "Moi, apôtre de la joie"
A la prière du matin, nous faisons mémoire de Jean Vanier et Marie-Hélène Mathieu qui sont restés présents tout au long de ces 40 années.
La scène du lavement de pieds concrétise bien le thème du jour. Évêques, prêtres, religieuses et responsables collaborent pour actualiser cette page de l’Evangile et la rendre vivante.
Une Eucharistie d’action de grâces et d’envoi clôture notre pèlerinage. Au cours de cette célébration, une liturgie d’envoi nous lance pour aller de l’avant. La parole d’envoi est : « Allez chantez sur toutes les places, soyez Apôtres de joie ».
Ainsi, nous nous quittons pour aller proclamer la joie que nous avons recueillie à Dronka.

Et voici quelques témoignages de participants au pèlerinage :
L’histoire enregistrera cet évènement avec des lettres de lumière… Nous vous souhaitons de demeurer dans la joie parfaite pour le Jubilé d’Or !... (Mgr. Kyrillos William, évêque d’Assiout)

Ainsi, Jésus agit et il continue d’agir avec « ses petits » des communautés de Foi et Lumière. C’est vrai qu’ils sont petits et peu nombreux, comme le disait un des chants que nous avons entendu ces jours-ci, mais il accomplit par eux des miracles.
C’est dans les moments de souffrance, de peur, de précaution… qu’il sème sa joie, sa paix dans les cœurs !... (Mgr. Ibrahim Isaak, évêque de El-Minya)
 A vous tous, salut, paix, merci pour tout effort, toute fatigue que vous offrez pour donner le
sourire, la joie à nos enfants… C’est un service exigent mais noble ! (Mgr. Youssef Abou El Kheir, évêque de Sohag)

J’avais entendu parler de vous et aujourd’hui mes yeux vous ont vu !... Que Dieu bénisse toutes  les communautés Foi et Lumière. Qu’il les remplisse de joie !... (Père Youssef Anwar, diocèse de El-Minya)

Je rends grâces à Dieu pour nous avoir appelés dans Foi et Lumière ; une vocation de la joie malgré les difficultés… et que nous ne soyons pas seulement joyeux mais apôtres de joie pour les autres aussi !...  (Père Angélios, aumônier des communautés du Koweït)

Je suis vraiment surpris de cette joie qui brille dans vos yeux. Je croyais que toute la vie n’était que violence, guerre, exploitation… mais, j’ai découvert un monde différent que j’ignorais… Merci, pas d’autre commentaire… (un responsable de la sécurité, non-chrétien)

Et je termine par le beau témoignage de Sahar,
Maintenant, nous devons nous réjouir et être heureux parce que ce pèlerinage de Dronka était mort mais il est revenu à la vie … et il ne mourra pas ni de notre mémoire, ni de notre histoire !... J’ai vu les yeux rire avant les lèvres… alors, j’ai appris que nous sommes apôtres de joie au milieu des difficultés, des défis, de la violence, de la discrimination… Foi et Lumière, au moment où notre rassemblement se réalise et où nous annonçons que nous sommes Apôtres de joie… C’est là que j’ai pris conscience que Dieu a permis que le pèlerinage soit décalé… C’est un rêve que nous le vivions en ce temps !... L’expérience avec Jésus m’a appris que rien n’est impossible quand il y a l’amour !...


Merci Sahar, je ne sais comment te remercier pour tout ce que tu fais dans ta province, tellement dynamique ! Pensez qu’en un an seulement, 15 communautés nouvelles ont été reconnues dans la province Egypte Sud, peut-être la province la plus dynamique du monde ?

lundi 28 novembre 2011

Terra et Mare sont dans un bateau !

La province Terra et Mare regroupe les communautés situées dans le Nord-est de l’Espagne. Ils sont partis à plus de 300 pour rejoindre Saint Jacques de Compostelle où ils ont fêté les 40 ans de Foi et Lumière. Une petite délégation (Alice et 2 autres personnes) est venue du Portugal et Muski représentait la province voisine, Iberatlantique (Espagne et Gibraltar).
Je suis malheureusement arrivé tard à Saint Jacques (arrivant directement ou presque d’Italie après la réunion du Conseil d’Administration), et c’est toujours difficile de prendre un train de pèlerinage en route !
Ils avaient déjà fait leur grande célébration dans la basilique de Saint Jacques le dimanche 30 octobre, mais j’ai quand même assisté à d’autres belles animations :


- un chemin de lumière, qui nous a fait marcher avec les premiers témoins de la Résurrection. Un très beau texte et de très belles images nous ont bien aidés à nous mettre dans les pas de Marie-Madeleine, des pèlerins d’Emmaüs, de Saint Thomas...
- un temps en petits groupes où nous avons vécu comme dans une communauté des choses toutes simples pour mieux nous apprendre à nous connaître.
- un lavement des pieds nous a permis de nous remettre dans la grande perspective de la Tradition, en remontant, par un magnifique mime, au lavement des pieds originel du Jeudi Saint : si nous nous lavons aujourd’hui les pieds les uns les autres, c’est parce que Jésus nous l’a demandé. En particulier, c’est aux responsables à se mettre en premier au service des autres en se mettant à genoux devant eux.
- une très belle fête nous a plongés dans la culture locale de la Galice. La musique traditionnelle est très proche de celles des bretons, des gallois ou des irlandais (vidéo) ; la culture celtique est très présente en Europe, jusqu'en Pologne (Galicie), et aussi en Turquie (les Galates visités par Saint Paul étaient aussi des Celtes).
- une cérémonie d’envoi a permis d’envoyer chacun en mission afin de porter le message de joie auprès de ceux qui n’avaient pas pu venir et au-delà.
- la messe de la Toussaint fut la dernière activité avant que tous repartent, le cœur plein de la joie de s’être rencontrés, les yeux pétillants des souvenirs de tout ce qui s’est vécu pendant ces quelques jours.


Un grand merci à tous ceux qui ont organisé ce beau pèlerinage, et tout particulièrement à Nacho, coordinateur de la province, qui avait laissé sa femme et leur petit Pablo, né fin septembre, quelques semaines avant le pèlerinage. ¡Gracias a todos, y bienvenido a Pablo!

Les photos

vendredi 25 novembre 2011

Le pape Benoît XVI au Bénin

Je partageais un grand rêve avec la sœur Marie-Antoinette Dossou, qui est la personne contact de la communauté "Notre Dame des personnes handicapées" de Cotonou : que le Saint Père, pendant sa visite apostolique au Bénin puisse avoir un contact avec la communauté ! J'ai eu le privilège de saluer le Saint Père en octobre, et dans les quelques secondes où j'ai pu lui parler, je l'ai invité à rencontrer la communauté Foi et Lumière de Cotonou. Il m'a répondu positivement. Fort de cette affirmation, j'ai écrit au Nonce Apostolique de Cotonou pour insister...
"Providentiellement, j’ai eu l’occasion, à la suite de l’Audience du mercredi 26 octobre, de saluer le Saint Père : je lui ai dit que je l’invitais à rendre visite à Foi et Lumière pendant son séjour au Bénin, et il m’a répondu : « C’est possible ». Je sais que ce n’est pas lui qui établit le programme (qui a déjà été annoncé, et qui n’inclut pas cette visite tant espérée…), mais je me permets tout de même de vous demander humblement si une petite délégation de la communauté ne pourrait pas être invitée à un des événements de ce voyage apostolique ?"
Et voici ce que rapporte la sœur Marie-Antoinette : "rendons grâce à Dieu. Il fait et continue de faire des merveilles sur la Terre. La visite du Saint Père au Bénin du 18 au 20 novembre que nous venons de vivre a été une réussite dont seul Dieu donne la grâce. Nous avons terminé ce grand événement inoubliable avec le Pape en beauté hier dimanche fête du Christ-Roi de l’Univers. Merci au Seigneur. Vous allez certainement nous voir communauté Foi et Lumière sur les Ondes ou le net ces jours-ci puisque la communauté était au rendez-vous de la visite à la paroisse Sainte Rita de Cotonou. Nous étions bien placés à l’intérieur de l’église sur le passage immédiat du Pape. Il a touché nos malades bien positionnés sur son passage avec notre pancarte avec l’inscription :  "COMMUNAUTE FOI ET LUMIERE DU BENIN MERCI  TRES  SAINT-PERE"
Vous pouvez imaginer la joie de cette petite communauté très isolée et bien fragile ; j'espère que cette rencontre va lui donner souffle et espérance !
Allez voir la video, ça se passe vers la minute 36-37 ! Toute l'assemblée chante "crions de joie ! crions de joie !" Je pense qu'on aperçoit la main de la soeur marie-Antoinette qui se tend vers le pape après qu'il ait embrassé un enfant en fauteuil !

mercredi 23 novembre 2011

Mariangela Bertolini

Tous ceux qui ont lu ou qui vont lire le livre "Plus jamais seuls" de Marie-Hélène Mathieu (n'hésitez pas à le commander si vous ne l'avez pas déjà fait !) seront heureux de retrouver sur ce lien une vidéo dans laquelle Mariangela raconte son témoignage. C'était à Rome (où s'est réuni le Conseil d'administration de Foi et Lumière) pendant une soirée organisée par les communautés locales.
Mariangela a été la responsable de l'organisation du pèlerinage de 1975 à Rome. Voici comment ça a démarré (page 201 du livre) : "Après un long échange avec Jean, Mariangela conclut d'un grand rire : «Jean a su balayer tous mes arguments. De guerre lasse, j'ai cédé. Alors, peut-être, je vais essayer ! C'était de la pure folie, mais je reconnais que Dieu m'a donné, au jour le jour, goutte à goutte, la grâce dont j'avais besoin et Foi et Lumière est devenu une lumière dans ma vie et celle de ma famille.»" Et la maman de Chicca fut merveilleuse pour la préparation de ce pèlerinage et bien d'autres choses encore comme le démarrage de "Ombre e Luci", la version italienne de "Ombres et Lumière". Inutile de vous dire que Mariangela et Marie-Hélène sont de très grandes amies !

lundi 21 novembre 2011

L'esprit d'Assise souffle sur Foi et Lumière


Le 27 octobre, le pape Benoît XVI a invité des représentants des treize plus grandes traditions religieuses du monde ainsi que quatre personnalités incroyantes (dont Julia Kristeva, co-auteur avec Jean Vanier du livre "Leur regard perce nos ombres") à venir avec lui à Assise, 25 ans jour pour jour après la rencontre organisée par le Bienheureux Jean-Paul II, pour que chacun réaffirme son engagement pour la paix et contre la violence.
Le matin, dans la basilique Sainte Marie des Anges, un certain nombre de personnalités religieuses et Julia Kristeva ont donné leur témoignage pour la promotion de la paix ; et l’après-midi, sur la place Saint François, en contrebas de la basilique Saint François, il y eut plusieurs engagements en faveur de la paix et le Saint Père a conclu : "Plus jamais la violence ! Plus jamais la guerre ! Plus jamais le terrorisme ! An nom de Dieu, que chaque religion apporte sur la terre la Justice, et la Paix, le Pardon et la Vie, l’Amour ! ". Puis chacun a été invité à échanger un signe de paix avec son voisin, et des colombes se sont envolées, plus ou moins timidement… 
Pendant toute cette journée, une petite délégation de Foi et Lumière a pu vivre sur place ce grand événement. Pourquoi étions-nous présents ? L’invitation que nous avons reçue a pour moi un sens très fort ! A Foi et Lumière, nous accueillons chacun, quelle que soit sa tradition religieuse ; bien sûr, notre Charte est basée sur un fort attachement aux valeurs du christianisme et nous reconnaissons l’icône de Jésus souffrant sur le visage de nos amis handicapés, mais cela ne nous interdit pas d’accepter l’accès de nos communautés à toute personne désireuse de vivre de nos valeurs, de vivre l’amitié avec les personnes ayant un handicap mental. J’ai même vu combien le schéma de nos rencontres de communauté peut fonctionner en milieu musulman à Midelt (Maroc) !
Et puis, dans nos communautés, nous sommes les témoins de ce que toute personne handicapée est source d’amour dès lors qu’elle est acceptée comme une personne à part entière, est source de joie dès lors qu’on lui donne la place à laquelle elle peut légitimement prétendre, est source de paix dès lors qu’on lui reconnaît sa capacité à construire des relations d’amitié. A contrario, c’est le rejet des personnes ayant un handicap qui est source de tension et de conflit, c’est le refus de rencontrer les personnes ayant un handicap qui nous prive des grâces qu’elles seules peuvent nous procurer, c’est l’élimination des personnes ayant un handicap qui nous fait tomber dans les "structures de péché" !
Alors vivons bien intensément dans chacune de nos communautés de cet esprit d’Assise !

vendredi 18 novembre 2011

SPANNED


Notre charte dit que "le souci de Foi et Lumière est d'intégrer les communautés et leurs membres dans les activités de la grande famille de Foi et Lumière, de la société et dans leurs Eglises spécifiques, communautés chrétiennes, paroisses, etc. "
Je voudrais rendre grâce pour l’amitié profonde qui existe entre Foi et Lumière et un mouvement appelé SPANNED (Supporting People with Additional Needs in the Nottingham Diocese) ; spanned signifie "reliés" comme par un pont. Il n’y a plus de bagarres dans la forêt de Sherwood entre Robin des Bois et le shérif de Nottingham !
Le mouvement SPANNED existe depuis 35 ans et a pour vocation d’intégrer les personnes ayant un handicap mental dans la vie du diocèse, de les considérer comme des contributeurs plutôt que des personnes ayant besoin d’être aidées. Il y a 6 groupes dans le diocèse, qui se retrouvent au moins quatre fois par an, organisent des temps de vacances et des voyages ; et un livret de 32 pages est édité tous les trois mois.
Foi et Lumière et SPANNED se connaissent, s’apprécient et se rencontrent régulièrement (notamment pour la fête de la Lumière). Quand de telles initiatives existent dans nos diocèses, il faut s’en réjouir, il ne doit y avoir ni rivalité ni jalousie, rendons grâces à Dieu !
La province UK Nord est partie en pèlerinage à Lourdes début juillet ; des membres du groupe SPANNED de Loughborough y ont participé et la revue trimestrielle y a fait largement écho, avec un article du Père Donal. Le 17 septembre, la messe annuelle de SPANNED a été célébrée pour commémorer les 40 ans de Foi et Lumière ; le thème était "Let our FAITH bring you LIGHT" (que notre FOI vous apporte la LUMIÈRE). Monseigneur Malcolm Patrick McMahon était là pour présider l’Eucharistie pendant laquelle il s’est passé beaucoup de belles choses :
- L’histoire de Foi et Lumière a été mimée par un des groupes SPANNED
- Une prière a été spécialement composée pour les 40 ans de Foi et Lumière :
"Let our Faith bring you Light;
Let our trust bring you hope;
Let our pain bring you compassion;
Let our smile bring you happiness;
Let out kindness bring you comfort;
Let our presence bring you peace;
Let our joy bring you joy;
Let our love bring you His love, 
who is Our Lord for ever and ever. 
- Un chant a aussi été composé avec ces paroles (sur l’air bien connu de Edelweiss).

- Et enfin, une très jolie bannière, bénie par l’évêque a été offerte à Foi et Lumière !

Alleluia, merci pour cette belle rencontre !

mercredi 16 novembre 2011

Deux roses pour l'éternité


Je suis resté longtemps sans écrire... mais maman est "entrée dans l'éternité" après une longue et belle vie... Si ce blog est destiné à parler de Foi et Lumière, je n'oublie pas sa présence à nos côtés à Lourdes en 1991 et en 2001, je n'oublie pas la tendresse de ses relations avec Julie. Et les deux prêtres qui ont été présents à l'église et au cimetière sont deux aumôniers de Foi et Lumière. Alors, oui, maman a bien sa place dans ce blog !

 Lorsque maman dut quitter sa chère maison dans laquelle elle était née 91 ans plus tôt, elle a aussi quitté son jardin et ses fleurs qu’elle aimait tant. Il fallait voir comment elle les arrosait, les soignait, les bichonnait et leur parlait ! Elle était si fière de nous les montrer quand nous passions la voir ! "Regardez mes roses, mes crocus, mes primevères, mes hortensias, mes géraniums, et mes zinnias, ne sont-ils pas tous resplendissants ! "
Pendant près de cinq ans, je suis sûr qu’elle a pensé chaque jour à ses fleurs, elles étaient restées dans son cœur, elle se sentait responsable de sa rose et de toutes les autres fleurs de son jardin. Julie a bien essayé de la consoler en lui disant un jour "Mamie, tu vois, maintenant, ta chambre, c’est comme ta maison, et les fleurs sur la fenêtre, c’est comme ton jardin ! ", mais elle a gardé son air triste.
Le jour de son enterrement, quelques-uns de ses petits enfants ont pu entrer dans la maison et dans le jardin ; il y avait des fleurs qui avaient continué à pousser, espérant qu’un jour, quelqu’un passerait pour les cueillir. Ils ont pris deux roses, en souvenir de leur grand-mère.
Pendant la cérémonie au cimetière, ils ont posé les deux roses sur le cercueil, pensant que leur grand-mère était heureuse de revoir ses fleurs. Puis ce fut la fin de la célébration et le personnel des pompes funèbres a commencé à préparer la phase ultime (et la plus difficile à vivre) de leur travail, descendre le cercueil dans la tombe ; avant cela, l’un des quatre porteurs a dû penser que ces deux roses avaient une importance particulière, car il les a prises et, avec beaucoup de délicatesse, les a placées sous les bras du Christ sur le crucifix. En faisant ce beau geste, il ignorait le sens que nous lui donnerions, il ignorait qu’il allait provoquer beaucoup d’émotions… oui, maman, tes fleurs t’ont attendue, tu es maintenant entre les bras de Jésus à qui tu peux dire : "je suis restée responsable de mes roses, regarde-les, elles sont si belles ! Je suis fière de mes enfants et petits-enfants qui m’ont fait ce beau cadeau ! "

mercredi 19 octobre 2011

Une visite en Arménie et en Iran

 
Carla Waked est coordinatrice de la province ILA Trinité (qui regroupe le NO du Liban, l’Arménie et l’Iran). Il y a trois communautés en Arménie et une en Iran qui vivent Foi et Lumière en lien avec les autres communautés libanaises. Mais les communications ne sont pas très faciles et une visite sur place est quelque chose d’irremplaçable ! Carla et Makhoul sont allés cet été dans ces deux pays et je suis heureux de voir l’accueil chaleureux qu’ils ont reçu à chaque fois. L’année prochaine, ils seront tous réunis pour le pèlerinage provincial au Liban (30 août au 2 septembre). Voici le récit que m’a envoyé Carla.

J'ai eu l'occasion cet été de rendre visite à Foi et Lumière en Arménie et en Iran. En effet, j'y suis allée avec Makhoul, vice-coordinateur provincial.
Nous avons passé 3 jours en Arménie, avec les 3 communautés qui étaient réunies pour le camp d'été. Nouvelle et riche expérience !
Le camp était dans des tentes, nous étions entourés par une nature agréable ! Vu notre présence en plein nature - il faut l'avouer - la situation logistique n'était pas très simple, surtout qu'il a plu... Cependant, voir l'enthousiasme des amis, tous les efforts déployés avec amour et courage, les visages souriants de tous nos frères handicapés et voir aussi la motivation des parents, surtout des mamans qui étaient toujours prêtes pour toute aide ne pouvait que procurer beaucoup de joie !!!!! Un événement nous a beaucoup touchés : la célébration d'un baptême lors de notre présence. 2 personnes ont été baptisées et Makhoul fut le parrain d'Emanuel !!!
Moments de partages, prières, jeux, repas, soirées... Inoubliables !
En effet, nous le remarquons de plus en plus, la barrière des langues s'efface quand le langage de l'amour trône !
3 autres jours en Iran pour rencontrer la communauté là-bas étaient suffisants pour tisser des liens particuliers et assez profonds avec tous les membres.
Nous avons pu rencontrer l'équipe de coordination le 1er jour. Les membres ont pu nous exposer ce qu'ils font en nous montrant leur archive! Une archive remarquable, avec détails, photos, déroulement, présence... Comme si nous avions participé réellement aux réunions!
Une rencontre avec tous les amis le lendemain nous a permis de parler de la qualité de notre engagement, de la place des parents, de notre province, de notre prochain pèlerinage... La cerise sur le gâteau fut notre pique-nique du 3ème jour avec toute la communauté. Apres avoir célébré la messe, en assyrien bien sur, nous nous sommes dirigés en bus pour aller a l'endroit du pique-nique. Nous y avons passé une journée agréable pleine de jeux animés par Makhoul et une rencontre avec les parents pour les écouter et les inciter a s'engager encore plus dans la communauté. 
Somme toute, 10 heures de bus pour aller de Téhéran a Ourmieh, 8 heures d'attente dans l'aéroport pour notre retour n'étaient rien devant le bonheur de rencontrer des membres de notre grande famille, de notre province, de Foi et Lumière.
Cette rencontre était aussi importante sur le plan œcuménique. Vivre avec les communautés chrétiennes apostoliques (l'Eglise Arménienne) et une communauté chrétienne assyrienne nous a permis de comprendre la dimension œcuménique de Foi et Lumière, surtout quand il s'agit de voir un rite regroupant une minorité qui s'investit à tous les niveaux pour ne pas perdre sa tradition riche et sa langue (devenue morte sur le plan international). 
Que Notre Seigneur soit béni pour la diversité et la richesse de son peuple!
Cette visite nous a permis de voir le vécu quotidien des communautés dans ces 2 pays membres de notre province, de les connaitre, de les aimer, de partager avec eux leur vécu ! De même, tous étaient touches par notre visite. Ils ont pu y voir la dimension internationale de leur appartenance. 
Ce qui reste maintenant après 3 mois de cette visite: beaucoup d'amour dans les cœurs et une motivation très grande pour notre prochain pèlerinage l’année prochaine.

mardi 18 octobre 2011

Deux pèlerinages au Zimbabwe et des visiteurs suisses !


Beaucoup de provinces ont déjà organisé leur pèlerinage, mais il y a d'autres provinces où ces pèlerinages de province sont difficiles à organiser, surtout quand cela se passe dans des pays où on manque de tout ou presque... Au Zimbabwe, deux communautés ont déjà fait leur démarche individuellement, et le récit qu'en fait Time Baluwa, vice-coordinateur provincial, montre que cela se fait aussi dans la joie et l'action de grâces. Et comme il était difficile de planifier la participation d'une délégation d'une autre province, la Providence a fait que ça puisse se faire quand même !! Voici le récit de Time :
Les communautés du Zimbabwe, comme partout dans le monde, célèbrent le 40ème anniversaire de Foi et Lumière. 40 est un nombre très spécial : il est signe de renouveau. Dans la Bible, les Israélites ont été dans le désert pendant 40 ans et, au terme de ce séjour, il y eut une célébration au cours de laquelle ils se sont rappelé combien ils avaient été heureux pendant leur longue marche vers la Terre Promise. Les communautés du Zimbabwe ne fêtent pas seulement la naissance de Foi et Lumière, mais aussi le don de l’amitié, de l’amour, de la prière commune avec les personnes ayant un handicap. Ces dons rendent Foi et Lumière unique.

Le 13 août 2011, la communauté Kudakwashe de Glenview (quartier résidentiel de Harare) a organisé un pèlerinage à l’église catholique Glen Norah : ce pèlerinage a rassemblé 50 personnes qui venaient principalement de la communauté de Kudakwashe, mais aussi des communautés de Mabvuku (autre quartier résidentiel de Harare) et de Homefields (institution pour personnes handicapées, à 40 kilomètres de Harare). Nous avons eu la joie d’accueillir trois visiteurs étrangers qui étaient venus de Suisse pour visiter le Zimbabwe : Gabrielle et Pierre Luchinger avec leur fille Miriam. Gabrielle est la coordinatrice de Foi et Lumière en Suisse et ils ont bondi de joie en apprenant qu’il y avait ce pèlerinage !
L’atmosphère fut très enthousiaste. Les pèlerins ont chanté des chants de joie, de louange et d’adoration. Ils ont partagé leur expérience à Foi et Lumière, s’encourageant les uns les autres à venir à la tribune. Les enfants handicapés qui étaient là ont participé activement, certains dirigeaient les chants. Les autres pèlerins ont pu admirer le bonheur simple sur les visages. La joie était contagieuse et a rempli le hall ! Il est vrai que quand les enfants ayant un handicap sont respectés et considérés avec amour, ils manifestent des dons insoupçonnés, et nous les regardons avec un autre regard. Le Père David a parlé de l’appel de Foi et Lumière, ce fut très émouvant. Il nous a dit que Foi et Lumière était un lieu où les enfants handicapés, leurs parents et les amis viennent pour découvrir une grande richesse ; cette richesse est fondée sur l’amitié. Il a souligné que l’amitié, ça voulait dire donner sa vie. L’amitié n’est pas basée sur des choses matérielles : nous ne pouvons offrir ni argent, ni nourriture, ni vêtements, mais la vie. Il a fait référence aux Actes des Apôtres (Ac 3, 6) quand un homme infirme depuis sa naissance rencontre Pierre et Jean. Il s’attendait à recevoir une aide matérielle, mais Pierre et Jean avaient quelque chose de bien plus important à lui donner. Pierre lui dit « Je n'ai pas d'or ni d'argent ; mais ce que j'ai, je te le donne…. » et d'un bond, l’infirme fut debout, et il marchait. Le message du Père David est qu’à Foi et Lumière, nous avons-nous aussi quelque chose d’important,  les dons de l’amitié avec les personnes ayant un handicap, avec les parents et avec les amis. Ces dons enrichissent nos vies, nos relations. Lors d’un autre pèlerinage avec les membres de la communauté de Mabvuku, le Père David a donné l’exemple d’un enfant profondément handicapé et qui ne pouvait rien faire (c’est ce que nous croyions) que sourire d’un beau sourire qui transmettait chaleur, amour et amitié. C’est ça, l’appel de Foi et Lumière, s’aimer les uns les autres et partager le don de la vie en communauté. Gabrielle a eu l’occasion de nous faire partager sa joie d’être avec nous pendant ce pèlerinage. Elle nous a dit combien elle était heureuse de se sentir accueillie, et que l’atmosphère du pèlerinage lui rappelait sa communauté en Suisse. Il y avait beaucoup de bonheur et d’amitié, et elle se sentait comme chez elle avec nous. Elle nous a partagé la belle histoire de l’enfant de ses voisins qui a l’habitude de venir chez elle. Cet enfant ne parle pas mais fait beaucoup de gestes. Une fois, ils n’arrivaient pas à comprendre ce qu’il voulait dire, mais finalement, ils ont réalisé qu’il les appelait à prier ensemble. Dieu a une manière toute spéciale de nous accompagner, et cet enfant avait sa place dans cet accompagnement. Voici quelques-uns des dons que nous avons reçus à Foi et Lumière.
La communauté de Mabvuku avait organisé son pèlerinage à Silveira House le 14 mai 2011. 57 personnes ont pu participer, et elles ont marché sur une distance d’environ 2 kilomètres, ce qui est assez long, surtout avec des fauteuils roulants et des enfants handicapés. Les pèlerins ont partagé leurs témoignages, ont chanté et prié ensemble. Les deux pèlerinages se sont terminés par une Eucharistie et une bénédiction par le Père David.

jeudi 13 octobre 2011

Pèlerinage au Japon


Les communautés du Japon avaient planifié un pèlerinage pour fêter avec leur province, Lumière de l’Orient,  les 40 ans de Foi et Lumière. Les événements tragiques du mois de mars leur ont fait revoir leur projet à la baisse : ils ne se sentaient plus le courage de préparer un tel projet… Ils ont donc décidé de ne faire un pèlerinage que pour les 9 communautés du pays, dans un esprit de recueillement après le tremblement de terre, le tsunami et les défaillances de la centrale de Fukushima.

Les trois communautés de Hong-Kong, averties de ce changement de programme, ont pensé qu’il serait bon de ne pas laisser les Japonais tout seuls et ont proposé qu’une délégation vienne partager leur pèlerinage. J’ai eu la même idée, il m’a paru bon que Foi et Lumière International vienne manifester son soutien et sa solidarité, soit présent pour dire que les communautés Foi et Lumière du monde entier avaient prié pour eux, avaient partagé leurs peines. Après avoir consulté Anne-Marie Pike, vice-coordinatrice internationale, qui n’était pas disponible, j’ai pris la décision d’aller à Nara, le lieu de ce pèlerinage (proche d’Osaka, Nara a été, au 8ème siècle, la capitale du Japon et s’appelait à l’époque Heijō-Kiō).


Après onze heures et demie d’avion, je suis arrivé à Osaka. Mari m’a servi d’ange gardien pour rejoindre Nara ; heureusement, car j’aurais eu bien du mal à m’y retrouver, nous avons pris quatre trains différents ! Le lieu de rassemblement, le ₺Catholic Yagai Reihai Center ₺ est le lieu habituel où Foi et Lumière Japon se retrouve pour des rencontres ou des retraites. Nous étions environ 75 personnes, dont 19 venues de Hong-Kong et pendant trois jours, de nombreuses activités se sont déroulées dans une très bonne ambiance, calme et recueillie, mais aussi avec beaucoup de joie, car le thème des pèlerinages, ₺Vous êtes des messagers de la joie ₺ était repris sur les T-shirts que tous portaient !
L’évêque auxiliaire de Osaka, Monseigneur Michael Goro Matsuura, a assisté à tout le pèlerinage, il était très proche des personnes handicapées et il a été très chaleureux et amical avec tous. Nous avons tous écrit sur une carte un petit mot, puis toutes les cartes ont été mélangées et redistribuées. Le hasard (ou la Providence) m’a attribué la carte écrite par l’évêque ! Il y avait écrit : « Merci beaucoup pour ce merveilleux rassemblement. Je fais le vœu que le monde puisse ressembler à vos communautés, pleines de bonté et d’amour. »
Un chemin de croix a été animé par les pèlerins répartis en 7 groupes, chacun proposant un mime pour les 14 stations. Je ne retiens qu’une seule image forte : celle de ce père voulant poser la croix sur l’épaule de sa fille handicapée. Avec force et vigueur, elle a rejeté cette croix, comme si elle disait « Papa, je ne te demande pas de me donner une croix de plus à porter, aide-moi seulement à porter la mienne ! »
Nous avons eu également des temps de partage, un lavement des pieds, une très belle messe et une fête pour célébrer l’anniversaire de Foi et Lumière !
Le dernier jour, nous avons eu la chance de pouvoir visiter le centre historique de Nara avec notamment le temple de Tōdai-ji contenant une statue monumentale du Bouddah, haute de 18 mètres.
Je suis revenu heureux d’avoir pu découvrir une manière de vivre Foi et Lumière que je ne connaissais pas ; je suis toujours émerveillé de découvrir combien Foi et Lumière peut se couler dans les moules de toutes les cultures et combien cela apporte de la richesse à tous. La culture japonaise, si riche, et parfois déroutante pour l’étranger que j’étais, ne fait pas exception à la règle ! Les personnes handicapées m’ont souvent permis de me rassurer quand je me sentais perdu devant des situations que j’avais du mal à comprendre…
Je suis très reconnaissant à tous ceux qui ont préparé ce beau pèlerinage : Kuniko, la vice-coordinatrice provinciale, que j’avais rencontrée l’année dernière à la session de formation de Hong-Kong , à Hattori-san (il était à Lourdes en octobre 2008), que j’ai eu beaucoup de joie à retrouver et faire la connaissance de sa fille Yu-chan, les petits frères de Jésus, le père Nosomi et Yaka (qui vient de faire ses premiers vœux), qui m’ont aidé avec beaucoup de gentillesse pour les traductions, Hsu Shu-Ning qui a aussi été très précieuse pour les traductions, et bien sur toutes les personnes ayant un handicap, qui avaient l’air d’être si heureuses d’être là !
En conclusion, je me permets de faire un parallèle entre ce que nous avons vécu pendant ces quelques jours et la rencontre de Elie avec le Seigneur sur l’Horeb (1Rois 19, 11-13). En mars 2011, au Japon, il y eut un tremblement de terre suivi d’un tsunami, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ni dans le tsunami ; et après le tsunami, il y eut un grand feu à la centrale de Fukushima, mais le Seigneur n’était pas dans le feu ; et après ce feu, en septembre, il y eut un typhon très violent, mais le Seigneur n’était pas dans le typhon. Après ce typhon, en octobre, à Nara, il y eut le murmure d’une brise légère. C’est pour entendre cette brise légère si réconfortante que nous nous sommes rassemblés !

Lien vers l'album Picasa

mardi 4 octobre 2011

"Amour et Joie" à Qaraqosh

Mirna, vice-coordinatrice internationale, accompagne les provinces du Moyen Orient. Elle a été invitée récemment à une rencontre des communautés "Amour et Joie" d'Irak. Il n'y a pas Foi et Lumière en Irak, pour plusieurs raisons ; mais "Amour et Joie" obéit aux mêmes principes, à la même spiritualité (Jean Vanier est passé par là !). Les contacts existent avec Imad, le coordinateur national, et il a invité Mirna (et aussi Kathy Baroudy et Wihad, de l’Arche) à leur rencontre nationale qui s'est tenue à Qaraqosh, dans le nord du pays. Je vous retranscris la lettre que Mirna m'a envoyé à son retour, très émouvante !

Je reviens d’Irak, pleine d’émotions : joie, tristesse, peurs, espérance, déception, foi…
350 personnes - des amis, des parents, des personnes ayant un handicap – ont pris le risque de venir des quatre coins du pays, de traverser les zones les plus dangereuses du pays pour venir à Qaraqosh (un village dans la région du Kurdistan).
Nous avons beaucoup partagé, nous avons entendu de nombreuses histoires très tristes, car la plupart des participants ont souffert directement de kidnappings, tortures, menaces et assassinats ; de nombreuses familles vivent dans la peur, beaucoup de ceux qui ne peuvent pas partir se sentent abandonnés, seuls, déçus, ne voyant pas de lueur d’espoir pour le futur. Pour ce qui concerne les communautés "Amour et joie", c’est un peu la même chose ; chaque semaine, ils perdent des amis, les communautés s’affaiblissent.
Les Églises sont très blessées, il y a eu beaucoup de martyrs, des évêques, des prêtres, des laïcs… beaucoup d’églises ont fermé à Mossoul, les chrétiens sont de moins en moins nombreux… Pourtant, certains, à la foi très solide, veulent rester dans leur pays quoiqu’il arrive !
Mais, malgré tout cela, nous avons senti la joie de nous sentir soutenus les uns par les autres pendant les temps de partage en petits groupes ; il y a eu aussi des temps très joyeux où nous avons chanté, ri, applaudi, dansé, préparé les repas ; et des temps pour prier et célébrer l’eucharistie.
De nouveaux évêques ont été nommés : leur foi est solide et ils encouragent chacun à rester, à être les témoins du Dieu incarné et plein d’amour. Beaucoup de jeunes prêtres accompagnent les familles et les jeunes.
Il y a maintenant 27 communautés, qui se retrouvent le plus souvent possible, pour vivre l’amitié avec les personnes handicapées, pour apprendre d’elles à pardonner, à libérer leurs cœurs de la haine.
Les participants ont été très actifs avec une grande qualité d’écoute, d’ouverture, de présence, d’accueil, de joie, participant pleinement à toutes les activités du programme. Imad, le coordinateur de "Amour et joie", au nom de tous, a exprimé sa gratitude, ses remerciements et a dit combien la présence de Foi et Lumière à leurs côtés était appréciée.

Comment toutes ces émotions peuvent-elles être reliées, tissées ensemble ? C’est la vie…. Mort et résurrection

samedi 17 septembre 2011

Pauline était aux JMJ !

En août, beaucoup de jeunes, de tous les pays se sont rassemblés en Espagne, à l’appel du Saint Père, pour les Journées Mondiales de la Jeunesse, d’abord dans les diocèses, puis à Madrid.
Beaucoup de jeunes de Foi et Lumière étaient présents et je voudrais remercier tous ceux qui ont beaucoup travaillé pour que nos amis handicapés puissent participer pleinement à cette grande fête à laquelle il était bon qu’ils fussent présents !
 - Ceux qui ont travaillé au sein de l’organisation des JMJ pour l’accueil des personnes handicapées,
- Ceux qui dans les diocèses (et en particulier à Salamanque) ont accueilli les plus fragiles,
- Les 10 jeunes qui ont porté la Croix le vendredi à la onzième station du Chemin de Croix, représentant toutes les personnes qui souffrent a la fois dans le corps mais aussi dans leur cœur a cause du rejet des autres. "Face au drame du handicap qui crucifie tant de personnes, est ce que je défends la dignité de la personne en répandant et en faisant connaitre l'Evangile de la vie ?"
- Ceux qui ont été présents dans la tente du handicap (Capacitados en el amor) pour faire connaître Foi et Lumière : le mouvement le plus vu (et le plus entendu) !
- Ceux qui ont organisé la grande fête pour que tous ceux qui étaient venus à Madrid des différents pays Foi et Lumière se retrouvent ensemble pour un temps de fête et de célébration !

Pour finir, je vous fais partager le témoignage de Blandine (maman de Pauline) qui a été publié cette semaine dans le courrier des lecteurs de La Croix. Pauline est dans ma communauté et est partie (avec A Bras Ouverts) aux JMJ :
J’avais imaginé que les JMJ encourageraient à diffuser un peu d’optimisme puisque a priori c’est un rassemblement de plusieurs milliers de jeunes catholiques (1 500 000) venus de tous pays cherchant à partager leur foi autour du pape ; eh bien même à cette occasion, on a entendu le négatif comme :
« Une centaine de jeunes anti-pape provoquant des bagarres »… Alors je vais vous dire quelque chose : ne peut-on pas plutôt diffuser d’autre information comme : 150 jeunes partant en avion spécial de Paris pour Madrid… 150 jeunes, oui, mais pas n’importe lesquels ; 50 jeunes porteurs d’un handicap plus ou moins lourd et 100 jeunes qui les accompagnent (association « À Bras ouverts »). Au départ de Roissy, le 22 août, l’ambiance n’était pas morose, croyez moi, et quant au retour… J’aimerais connaître le sentiment du personnel de l’aéroport présent ce jour-là ! Handicapés, certes, mais heureux et encore plus quand ils ont leur place parmi d’autres jeunes.
Ma fille Pauline, 28 ans, polyhandicapée, faisait partie de ces jeunes. Son innocence ne lui a sûrement pas permis de retenir le message du pape, mais le soin que l’on a pris d’elle et l’ambiance de fête l’ont comblée de bonheur. Pour ma part que ma fille handicapée parte là-bas, j’en ai été fière !
Qu
ant aux 100 jeunes accompagnateurs… ne sont-ils pas extraordinaires de donner huit jours de leurs vacances pour permettre à d’autres de vivre un temps fort comme celui- là ? Et le plus incroyable, c’est qu’ils ont été heureux eux-mêmes et ont remercié les jeunes handicapés de leur présence !…

Voici de belles photos prises par Céline

Photos de la tente
Photos de la rencontre F&L

mercredi 7 septembre 2011

Un pèlerinage itinérant

La province Aurores Boréales a choisi de faire son pèlerinage provincial par étapes, selon l’ordre chronologique de naissance du pays dans la grande famille Foi et Lumière : Danemark, Norvège, Suède et Estonie. C’est une très bonne idée ! Déjà, les trois premières étapes ont eu lieu, en attendant le bouquet final en Estonie en août 2012…
Aslaug Espe, coordinatrice de la province, m’a envoyé un reportage que je suis heureux de vous faire partager.
Au Danemark, ça s’est passé à Magleås, près de Copenhague. A Foi et Lumière, les joies et les peines ne sont jamais très éloignées les unes des autres…. Après une célébration, des danses et le partage du gâteau d’anniversaire, il a fallu malheureusement constater officiellement la disparition d’une communauté à Århus, après 16 années d’activité… Kirsten, vice-coordinatrice provinciale, va s’efforcer d’être une bonne messagère de la joie pour que de nouvelles communautés voient le jour dans ce pays, présent en 1971 au premier pèlerinage (le premier aumônier international, le Père Jorgen Hviid, était danois).

 L’étape norvégienne était à Gjennestad ; voici le témoignage de Ole Herman Winnem, vice-coordinateur provincial : "à travers la méditation, le partage, les chants et bien d’autres activités, nous avons découvert de nombreuses manières d'être un pèlerin chrétien sur notre route vers le ciel.
Dans la salle de réunion, un chemin de pèlerinage a été tracé avec des pierres d’ardoise. Il était bordé de fleurs, de bougies et d’icônes. Le vendredi, nous avons fait une pèlerinage à Borre. Nous nous sommes rencontrés à l'église médiévale de Borre et nous nous sommes mis en route : de nombreuses stations avaient été prévues et à chaque fois, une nourriture spirituelle était proposée. Je suis sûr que les gens se souviendront longtemps de ce pèlerinage. Nous avions espéré et prié pour avoir du beau temps, mais il a plu très fort la plupart du temps !
Nous avons eu
aussi des temps de divertissement. Joie et rires ont été présents pendant ces journées passées à Gjennestad. Puis le dimanche, nous nous sommes rassemblés dans l'église de Skjee pour la messe. Beaucoup de gens de la paroisse locale sont venus pour assister avec nous à une très belle célébration."
Ce pèlerinage a eu lieu au moment des événements tragiques à Oslo et Utøya ! Moments bien douloureux pour tous les norvégiens, mais aussi pour tous ceux qui croient, comme nous à Foi et Lumière, que la différence ne doit pas faire peur, mais nous enrichir mutuellement…


La troisième étape, en Suède, a eu lieu à Vadstena. Il y a eu beaucoup de vie, de musique, mais aussi des temps de silence dans ce pèlerinage. Une célébration pleine d’inspiration a montré la force de Foi et Lumière en Suède ! Peut-être y aura-t-il bientôt une nouvelle communauté dans le nord du pays ? Avec le temps, la patience et la prière, ça arrivera certainement ! Les temps de musique ont été rythmés par les marimbas et des instruments du Zimbabwe, un cadeau apporté par une école de musque norvégienne pour une communauté suédoise…
Et le dernier jour, Monseigneur Anders  Arborelius, évêque de Stockholm, est venu célébrer la messe pour les 40 ans de Foi et Lumière.


Près de 200 personnes ont participé à l’une ou l’autre étape de ce pèlerinage itinérant ; j’espère que l’année prochaine, en Estonie, les messagers de la joie seront nombreux pour terminer en beauté ce beau pèlerinage !

lundi 5 septembre 2011

¡ Feliz anniversario, Padre Fernando !


Le Père Fernando V ázquez a fêté cette année (en juillet à Cadix et en août à Logroño) ses 50 ans de sacerdoce, un sacerdoce "atypique" comme il le dit lui-même dans un long document où il raconte combien les personnes handicapées ont changé sa vie et la vision qu'il se faisait de sa mission de prêtre. Il ne retient que deux choses de toutes ces années, sa vie de prêtre marianiste et sa vie d'aumônier à Foi et Lumière. Il fut pendant 9 ans aumônier national, et pour l'avoir rencontré à plusieurs reprises, je peux confirmer son enthousiasme et l'amour qu'il a pour les personnes handicapées (qui le lui rendent bien !) ; il est un homme plein de bonté et d'humour (très spirituel dans tous les sens du terme !).





Comme on le voit, il aime le football et il porte fièrement le maillot de l’équipe nationale, championne du monde en 2010 ! Il faut dire qu’il connaît bien Álvaro, le deuxième fils de Vicente Del Bosque, le sélectionneur national de cette belle équipe. Álvaro est trisomique… et voici le témoignage de son père, rapporté par le Père Fernando :
"Sur les trois fils de Vicente Del Bosque, il y en a un, le deuxième, qui a changé sa vie. Il est né le 6 août 1989 et il a vite été confirmé que le petit Álvaro était trisomique. «Au début, j'ai beaucoup pleuré ... Maintenant, quand je revois tout ça, je me dis : quels imbéciles nous étions!. Álvaro est un cadeau que la vie nous a donné. Mon fils est heureux et répand le bonheur autour de lui. Il est un peu filou, mais il ignore ce qu’est le Mal », dit son père avec fierté.Ils disent que c'est un garçon adorable. Cela ne signifie pas qu'il n’est jamais sujet à critique. Je devine dans les yeux de l'entraîneur la sérénité. Accepter son fils l’a aidé à grandir intérieurement. C’est une victoire plus grande que toutes les Coupes du Monde."
J’aime bien regarder cette photo où l’on voit Álvaro porter fièrement la Coupe du Monde et toute l’équipe nationale espagnole applaudir, comme si ils le remerciaient de tout ce qu’il a fait, à travers son père, pour les aider.


vendredi 2 septembre 2011

Quand on aime, on a toujours 20 ans !

En Lituanie, beaucoup de choses ont redémarré en 1990, quand ce pays a retrouvé indépendance et liberté ! Dernier pays d’Europe à avoir été évangélisé, il a gardé une foi et une espérance inébranlable malgré des efforts très importants pour réduire cette population à un athéisme d’état. La Vierge Marie, à Vilnius dans le sanctuaire des Portes de l’Aurore et à Šiluva, Saint Casimir, patron de la Lituanie et Sainte Faustine ont été des soutiens indéfectibles pour le peuple chrétien de Lituanie qui a continué à participer, avec beaucoup d’audace – en dépit de tous les obstacles - aux nombreux pèlerinages traditionnels de ce pays.
En 1991, sous l’impulsion de Monseigneur Audrys Juozas Bačkis, archevêque de Vilnius, qui avait connu l’Arche à Rome, et à la suite d'une visite de Jean Vanier, Foi et Lumière a démarré ! Et Monseigneur Bačkis en est devenu le premier aumônier (ce qui ne l’a pas empêché d’être créé Cardinal en 2001) ! Fin août, toutes les communautés ont célébré ce bel anniversaire et j’ai eu la très grande joie d’être avec eux pour cette grande fête !
Tout s’est passé à Šiluva, lieu d’apparition mariale en 1608. Ce petit village fêtait tous les ans le 8 septembre la nativité de Notre Dame, mais la progression du protestantisme dans cette région avait mis un terme à cette ferveur populaire ; Marie est donc intervenue directement pour demander que son Fils puisse continuer à être vénéré dans ce lieu ! Du 26 au 28 août, près de 150 personnes sont venues de toutes les communautés de Lituanie ; le thème de cette fête était : "Demeurez dans mon amour" (Jn 15, 9). Nous avons relu l’histoire de Foi et Lumière dans le pays, nous avons fait un chemin de Lumière (très populaire en Lituanie, c’est comme un chemin de croix, mais les 14 stations font référence aux événements postérieurs à la Résurrection du Christ), nous avons eu une grande fête qui s’est terminée par un feu d’artifice, nous avons médité (c’était ce qui m’avait été demandé comme contribution) le thème de la rencontre, nous avons eu des temps de partage, et la messe du dimanche a été célébrée au milieu d’une grande foule de pèlerins venus, comme c’est la tradition le dernier dimanche d’août, des deux villages voisins avec costumes traditionnels et bannières. Ce fut l’occasion de témoigner publiquement de ce qui se vit à Foi et Lumière, une maman et un ami, deux messagers de la joie, ont dit avec enthousiasme tout le bien que peut générer l’amitié avec les personnes ayant un handicap mental. Cette messe était célébrée par de nombreux prêtres (dont les aumôniers de Foi et Lumière), par 4 évêques et elle était présidée par le Cardinal Bačkis, venu fêter avec nous l’anniversaire de Foi et Lumière. Il était arrivé le matin et a assisté à ma conférence, ce qui m’a beaucoup impressionné ! Je l’étais beaucoup moins quand il est venu participer à mon groupe de partage et qu’il a été le premier à répondre à la question que j’avais proposée, ou quand il a posé sa calotte rouge sur la tête d’une jeune fille trisomique ! Son amitié pour Foi et Lumière est restée intacte et il était encore là pour la célébration d’envoi, bénissant les délégués des communautés venus recevoir la bougie qui leur était remise ; et il nous a fait partager la joie de son jubilé sacerdotal, remettant à chacun personnellement l’image de ses 50 ans de prêtrise !


J’ai aussi eu la chance de pouvoir rendre visite à des hauts lieux spirituels de la Lituanie (une petite partie du pèlerinage effectué par le Pape Jean-Paul II en 1993) : avec Darius, vice-coordinateur international, je suis allé sur la célèbre Colline des Croix qui symbolise toutes les souffrances vécues par le pays, croix qui étaient régulièrement renversées par les bulldozers soviétiques, mais relevées dans la nuit qui suivait ; avec Kristina (vice-coordinatrice provinciale), je suis allé à Vilnius dans le sanctuaire des Portes de l’Aurore, avec Egle et Irena (première coordinatrice nationale, chez qui j’ai été hébergé à Vilnius) je suis allé dans le sanctuaire de la Divine Miséricorde, là où est exposé l’original du tableau peint sur les indications de Sainte Faustine (les évêques lituaniens ont proposé que cette année soit consacrée à la Divine Miséricorde), et j’ai assisté à une messe dans la chapelle Saint Casimir de la Cathédrale de Vilnius.
Je suis revenu le cœur en fête d’une si belle célébration, je remercie chaleureusement Kristi, Darius, Irena, Egle et tous les autres pour leur accueil, leur engagement dans de si belles communautés, leur enthousiasme ; ils ont le projet de créer de nouvelles communautés pour pouvoir les emmener au pèlerinage de la province l’année prochaine en Ukraine.
Telaimina Dievas Tikėjimas ir Šviesa Lietuva!